Cameroun: Ouest – Les préparatifs s’intensifient


Les responsables du secteur éducatif à divers niveaux, planifient la mise en application des mesures barrières devant faciliter la poursuite des programmes scolaires dès le 1 er juin prochain.

Le portail d’entrée et les bureaux du bâtiment administratif du lycée bilingue de Bafoussam ont rouvert mardi 26 mai 2020. A l’intérieur, on s’affaire à la préparation de la reprise des cours le 1er juin prochain. Les censeurs, eux, redistribuent les nouveaux emplois de temps aux enseignants. Les surveillants généraux et le proviseur vérifient si les mesures d’application des règles barrières sont toutes installées. 500 cache-nez, 10 dispositifs de lavage des mains, et trois thermo- flashs ont été acquis à cet effet.

Dans cet établissement disposant de 70 salles de classe devant accueillir plus de 3000 élèves des classes d’examens, une formule de mi-temps a été trouvée. « Les cours vont se dérouler de 7h30 à 12h30 pour le premier groupe et de 13h à 17h30 pour le second groupe. Tout le personnel enseignant a été remobilisé et redéployé pour tenir des nouveaux effectifs de 24 élèves par classe », précise Maurice Kuipuo, le proviseur du lycée bilingue de Bafoussam. Au sein des autres établissements publics et privés basés à Bafoussam, le redéploiement des effectifs d’élèves et des enseignants est en cours. « Conscients de ces enjeux sécuritaires, les fondateurs d’établissements scolaires privés se sont personnellement impliqués dans la mise en œuvre des mesures barrières et l’application des instructions des ministres de l’Education de base et des Enseignements secondaires », rassure Jean Tcheutchoua, le secrétaire à l’Education privé laïc de l’Ouest.

L’installation des dispositifs de lavage des mains et la répartition des gels hydro-alcooliques aux personnels sont les principales activités menées ici et là. Les délégations régionales et départementales des ministères relevant du secteur de l’enseignement, descendent sur le terrain pour veiller à la bonne application des instructions de la hiérarchie. Selon Chantal Chouloh, délégué départementale des Enseignements secondaires de la Mifi, les chefs d’établissements doivent rapidement rendre compte des difficultés aux- quelles ils sont confrontés dans l’application de ces mesures, au plus tard le 29 mai pour la première phase, et le 5 juin pour la seconde phase. Ce qui devrait permettre d’effectuer des ajustements. « Nous devons aussi trouver d’autres structures voisines aux établissements scolaires pouvant accueillir le surplus d’élèves, pour assurer le respect de la distanciation sociale dans tous les campus », précise Chantal Chouloh. Elle ajoute que les établisse- ments sont en train d’être désinfectés par les maires des communes d’arrondissement (Bafoussam I, II et III). Tout est progressivement mis en œuvre pour faciliter la couverture totale des programmes avant la phase des examens officiels .



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire