Ressources forestières : Le Fonds d’équipement des Nations unies explore les opportunités d’affaires dans le secteur


Le Fonds d’équipement des Nations unies (FENU), en anglais United nations capital development fund (UNCDF), avec l’appui du programme PARI, mène une étude sur les opportunités d’affaires dans le sous-secteur des ressources forestières au Burkina. Pour ce faire, l’UNCDF a organisé deux ateliers, le jeudi 28 mai 2020 par vidéoconférence ; le premier avec les institutions financières, et le second avec les partenaires techniques et financiers de la filière.

Après l’étude sur les opportunités de digitalisation dans la chaîne de valeur karité au Burkina Faso, le Fonds d’équipement des Nations unies (UNCDF) étudie les opportunités d’affaires dans le sous-secteur des ressources forestières au Burkina Faso. Pour ce faire, l’agence a réuni, le jeudi 28 mai 2020, les institutions de microfinance et les banques dans un premier temps ; et les Partenaires techniques et financiers (PTF) dans un second temps, autour d’ateliers animés par vidéoconférence. Objectif, permettre aux acteurs de l’écosystème de la finance et aux PTF de s’approprier les enjeux socioéconomiques et financiers des ressources forestières et de construire de nouvelles opportunités d’affaires.


Ainsi, une trentaine de personnes issues des institutions de microfinance, des banques, des entreprises de téléphonie mobile et des Fintech, ont été conviées à la première conférence. Pour la seconde, environ 25 personnes issues des structures étatiques et des faitières, d’agences de financement de projets et d’ONG, y ont pris part.

Pour le responsable pays de l’UNCDF, Hermann Messan, ces ateliers vont contribuer à identifier les options pour l’accroissement des revenus des acteurs par la valorisation économique des ressources forestières à travers, entre autres, la meilleure accessibilité aux financements et aux services financiers. A terme, les acteurs des chaînes de valeur doivent disposer de produits et services financiers innovants et adaptés pour soutenir les emplois verts. Tel est le résultat visé par l’UNCDF et ses partenaires que sont la Coopération luxembourgeoise et le projet Weoog-Paani (mis en œuvre par le consortium UNCDF, Tree Aid et SNV).


L’UNCDF est l’agence d’investissement des Nations unies pour les 47 pays les moins avancés du monde. Son intervention, qui s’appuie sur le digital, concerne deux volets : le développement local et la finance inclusive. Elle œuvre à l’accroissement de la productivité et des revenus, en tirant profit du potentiel des innovations digitales afin d’améliorer l’accès au financement et aux opportunités économiques pour les exploitants agricoles et les micros, petites et moyennes entreprises.

L’UNCDF appuie le gouvernement burkinabè dans la mise en œuvre de plusieurs projets et programmes de développement local. Avec l’appui financier de la Coopération luxembourgeoise, elle met en œuvre le Programme d’appui à la résilience économique et climatique à travers les innovations financières et digitales (PARI). Un programme qui utilise le digital comme catalyseur de l’inclusion financière des populations vulnérables au Burkina Faso.


L’UNCDF, en consortium avec Tree Aid et SNV, met en œuvre le projet Gouvernance locale des ressources forestières (Weoog-Paani), financé par l’ambassade de Suède. Le présent atelier s’inscrit dans le cadre de ses activités avec le projet Weoog-Paani.

Etienne Lankoandé

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire