Burkina Faso : L’ONG Children Believe lance un nouveau projet pour former 1000 jeunes


Le directeur de cabinet du ministère de la jeunesse, Lambi Sawadogo, a procédé ce vendredi 29 mai 2020, au lancement officiel du projet « Kombib suur koecé : Participation citoyenne des jeunes ». Ce projet est mis en œuvre par l’ONG Children Believe, le Centre pour la gouvernance démocratique et la Plateforme nationale des jeunes pour les ODD sur une durée de 24 mois allant de janvier 2020 à décembre 2021. Il est entièrement financé par l’Union européenne.

Face à certains grands défis tels que la faible représentation des jeunes dans les instances décisionnelles aux niveaux local et national ; l’incapacité des jeunes et des femmes à exercer et à faire entendre leurs voix, il est impérieux d’engager les jeunes de manière responsable à la recherche de solutions durables. C’est dans cette dynamique que le projet « Kombib suur koecé : Participation citoyenne des jeunes » a été initié. Kombib suur koecé est un vocable mooga que l’on pourrait traduire par « cri de cœur des jeunes ».

La réussite du projet est entre les mains des jeunes et associations de jeunes, selon la directrice régionale,Christelle Kalhoule

Développé par Children Believe, le CGD et la Plateforme nationale des jeunes pour les ODD, ce projet couvre sept communes relevant des régions du Centre-Est (Pouytenga et Tenkodogo), du Centre (Ouagadougou, Komsilga et Saaba) et de l’Est (Fada et Bogandé). D’une durée de 24 mois (janvier 2020 à décembre 202), il vise « à renforcer les capacités des jeunes à mieux participer aux processus démocratique du Burkina Faso », selon la directrice régionale de l’ONG Children Believe, Christelle Kalhoule.

Le présent projet est entièrement financé par l’Union européenne dont les efforts ont été salués à l’occasion par Mme Kalhoule. Pour atteindre les résultats escomptés à la fin du projet qui sont au nombre de trois, une diversité d’activités sera menée sur le terrain. « 1000 jeunes identifiés seront formés sur les valeurs démocratiques, les principes de la bonne gouvernance, la redevabilité adaptée aux jeunes. Egalement, il y a quelques jeunes qui seront chargés de suivre le processus et d’encourager leurs pairs à davantage participer au processus électoral », a-t-elle relevé.

Photo de famille des jeunes sentinelles pour la bonne gouvernance

L’organisation de séances de partage d’expériences entre les femmes leaders politiques et les jeunes filles ; mentorat de jeunes filles dans le domaine politique ; débats entre candidats à l’élection présidentielle et jeunes autour de leur projet de société sur les questions de jeunes sont également au programme. Outre cela, les autorités communales, leaders communautaires, partis politiques et organisations de la société civile, eux-aussi, bénéficieront des actions de ce projet.

La jeunesse, un moteur du développement et l’avenir de toute nation

Soucieuse de la réussite de l’initiative dont le socle est de « faire de la jeunesse une composante incontournable dans la construction de la démocratie et du développement local », la directrice régionale invite les jeunes des différentes communes d’intervention du projet à se l’approprier et à s’impliquer activement. Elle a sollicité également l’appui des autorités tout au long du processus. Car, dit-elle, « nos actions ne viennent que appuyer ce que vous faites déjà ». A l’Union européenne, elle a assuré que toutes les dispositions seront prises pour une bonne exécution du projet.

Le représentant du ministère de la jeunesse ritère l’engagement de son département à accompagner le projet

Pour le directeur de cabinet du ministère de la jeunesse, le présent projet tombe à pic parce qu’en terme de démocratie tout commence par la base. « Si la jeunesse est sensibilisée autour des questions de démocratie, c’est la nation toute entière qui gagne. Le ministère de la jeunesse qui porte le renforcement des capacités de la jeunesse ne peut que soutenir une telle initiative et souhaiter qu’elle soit multipliée un peu partout à travers le pays », a déclaré Lambi Sawadogo, qui, à l’issue de la cérémonie de lancement a procédé à l’installation des 40 jeunes sentinelles pour la bonne gouvernance venus des régions de l’Est, du Centre Est et du Centre.

Aïssata Laure G. Sidibé

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire