ADC, malade du Covid-19 : »Ce qui se passe ici est trop grave, nous sommes envahis par des bestioles… » | Africa Guinee


CONAKRY- C’est un témoignage révélateur du grave disfonctionnement qui mine les centres de dépistage de Covid-19 et de prises en charge des malades du Covid-19. ADC, malade asymptomatique du coronavirus  alité au CTE de Kénien, dans la commune de Matam, nous a raconté le quotidien difficile des malades. Il dénonce plusieurs manquements “graves” qui pourraient occasionner la propagation de la pandémie.

Sous couvert de l’anonymat, ADC  s’est confié à un journaliste d’Africaguinee.com ce lundi 1er juin. Dans son témoignage, il dénonce une « grosse magouille » que certains médecins entretiennent dans la prise en charge des malades.

Je suis un supposé patient. C’est comme ça je veux vous le dire. Je suis un activiste, j’ai un projet et je devrais voyager pour l’intérieur du pays avec mon équipe de quatre personnes. Mais on était obligé de se soumettre au respect des mesures instaurées par le gouvernement pour éviter la propagation de la maladie. Nous sommes allés à Donka pour faire le test, c’était le 20 mai. Au bout de 5 jours mes amis ont reçu le résultat de leur test les informant qu’ils étaient tous négatifs.

Pour moi ça a retardé. J’ai commencé à m’inquiéter. Je me suis déplacé avec deux autres collègues puisque nous étions huit à être dépistés, il restait donc trois y compris moi. Le troisième même, ils lui ont signifié que ses flacons se sont égarés. D’ailleurs quand nous nous sommes rendus au Centre là-bas je leur ai demandé de nous donner tous nos résultats. Après il y a un d’entre eux qui m’a donné le contact d’un médecin qui se trouve à Matam, qui serait leur Chef. Je l’ai appelé pour lui demander de vérifier dans leur système si je suis enregistré. C’était huit jours après mon test. Le monsieur me dit qu’il n’a pas retrouvé mon nom. J’ai insisté pour qu’ils me donnent mon résultat. Vu la pression que je mettais sur eux, ils (médecins ndlr) se sont appelés. Il y a un médecin qui est à Donka, un certain Dr Béa, de toute sincérité, nous a dit qu’ils n’ont a pas retrouvé nos flacons et que c’est perdu. Je lui ai demandé qu’est-ce qu’il faut parce qu’il faut que nous ayions nos résultats, ça s’est passé aux environs de 10H.

On est resté là, et après on s’est inscrit sur la liste pour avoir des attestations des tests. Dans les conditions normales le système mis en place doit pouvoir répertorier tout le monde. Mais après mon inscription pour les attestations, ils ont pris la liste et l’ont fait remonter. Par la suite, ils m’ont notifié là-bas que j’étais négatif au covid-19. Et entre temps, c’est le monsieur de Matam avec lequel j’avais  échangé et dont j’ai mis la pression qui m’appelle, c’était aux environs de 13H. Il me dit : sachant que vous êtes activistes cela ne vous causera pas de problème. Je vous informe que vous êtes positifs au covid-19, c’est pourquoi votre résultat a été gardé.

Je lui ai rétorqué en disant : monsieur, est-ce que vous mesurez la dangerosité de ce vous dites ? Vous avez gardé mon résultat parce que je suis positif. Pendant tout ce temps, savez-vous combien de personnes ai-je contaminé? C’est assez grave ce que vous dites et cela remet en cause la crédibilité de votre test. On a discuté sérieusement au téléphone et je lui ai fait savoir que je ne crois pas à son test.

J’ai pris l’attestation qu’on m’a remis à Donka et je suis revenu chez moi. Mais ceux de Matam ont commencé à  m’appeler incessamment pour me demander d’aller à leur centre pour ma prise en charge pour éviter de propager la maladie. Cependant, les amis avec lesquels je partage le même bureau ont été déclarés négatifs.

Je lui ai fait savoir que je ne souffre de rien, je ne ressens aucun symptôme lié au covid-19. Mais je me suis dit que c’est peut-être une façon de me faire un règlement de compte suite à notre dispute.

Ainsi le vendredi dernier, je me suis rendu au centre. J’ai demandé à ce qu’on reprenne mon test parce qu’il y a eu amalgame à défaut, qu’il me laisse aller m’auto-confiner parce que j’ai du travail à mon bureau et je ne souffre de rien. En plus mon premier test il y a eu trop de confusion. Ils ont refusé catégoriquement. Et depuis vendredi je suis là et sevré de mes activités”, raconte ADC.

Poursuivant, ce patient dénonce aussi les conditions d’hygiène dans ce centre de Kénien. Les patients sont confrontés au manque de savon dans leurs toilettes à cela s’ajoute la présence des moustiques.

Je suis là depuis deux jours, mais nous sommes envahis par des moustiques. Je demande aux autorités sanitaires de venir pulvériser ce centre. Et je vous informe qu’il y a des gens qui sont à l’attente de leurs résultats depuis 10 jours. Voilà donc nous sommes exposés aux moustiques qui pourraient nous occasionner d’autres maladies. En plus de cela, il y a un manque criard de savon dans nos toilettes. Vous imaginez, il y a plus de 100 personnes qui utilisent les toilettes qui n’ont même pas de savon. J’ai même l’impression qu’il y a certains médecins qui utilisent cette maladie pour rançonner le peuple de Guinée. C’est trop grave ce qui se passe ” dénonce le ADC.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664-72-76-28



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire