RDC : « l’adoption de la proposition de loi sur la protection des droits de peuples autochtones pygmées est un grand succès qui clôture 8 ans de plaidoyer » (Patrick Saidi)


L’Assemblée nationale a adopté ce vendredi 5 juin, une proposition de loi portant protection et reconnaissance des droits des peuples autochtones pygmées en République démocratique du Congo (RDC), une initiative du député Ruben Rachidi Bukanga.

Pour Patrick Saidi,  Coordonnateur de Dynamique des Groupes des Peuples Autochtones (DGPA) et qui a participé activement à l’élaboration de ce projet de loi, l’adoption de cette loi est un grand succès, fruit de 8 ans de plaidoyer pour que le pays se dote de cet outil législatif en faveur d’un groupe vulnérable spécifique.

Toutefois, il reconnaît que tout n’est pas encore fini et promet de poursuivre cette lutte jusqu’à la promulgation de la loi par le Président de la République.

« Aujourd’hui, c’est un grand succès qui vient  clôturer plus de 8 ans de plaidoyer que nous avons mené  dans ce pays. Huit ans dans le sens que nous avons participé à l’élaboration de cette initiative. Nous avons recueilli beaucoup d’éléments au niveau des communautés autochtones. Aujourd’hui dans la 3ème législature, nous avons eu l’ouverture politique et l’ouverture des députés nationaux qui ont fait un débat scientifique sur les droits des peuples autochtones pygmées. A la fin de ce débat, il y a eu beaucoup d’enrichissements. Succès ? Oui mais la route reste encore longue. Nous allons participer aux travaux au niveau de la commission et continuer à mener notre plaidoyer afin que cette loi soit adoptée définitivement », a-t-il déclaré.

Patrick Saidi et DGPA plaident pour qu’au delà de la loi, les mesures d’application soient prises afin de favoriser une jouissance égale des droits.

« Notre souhait le plus ardent est de voir la RDC se doter de cet outil législatif en faveur des peuples autochtones. Mais comme nous ne cessons de le dire, la loi n’est pas l’unique solution aux problèmes des peuples autochtones pygmées. Il faut aussi les mesures d’application et un développement effectif qui doit être fait au niveau local.  En termes d’obstacles, je peux dire que les députés n’ont pas vu la nécessité d’une loi spécifique lorsque la constitution dans son article 123 alinéa 16 garantit effectivement la protection des groupes vulnérables. Il s’agit d’une jurisprudence que nous voulons mettre en place pour regrouper les droits d’un groupe vulnérable spécifique afin que l’on puisse tous arriver à la jouissance commune des droits », a-t-il conclu.

Selon l’histoire, les pygmées sont les premiers peuples à occuper le territoire devenu aujourd’hui la RDC. Ils sont présents dans au moins 21 provinces sur les 26 que compte le pays.

Auguy Mudiayi



actualitecd

A lire aussi

Laisser un commentaire