Burkina Faso : Moins de 30% de jeunes dans les sphères de décision


Le directeur exécutif de l’Association des jeunes pour le développement durable au Burkina Faso (AJDD/BF), Cheick Traoré, était face à la presse, ce samedi 6 juin 2020 à Ouagadougou, pour présenter le rapport d’une étude sur la présence des jeunes dans la gouvernance. L’étude a été réalisée entre le 1er janvier et le 31 octobre 2019, auprès de plusieurs sphères de décision du pays, notamment l’administration publique, les collectivités territoriales et les partis politiques.

Au Burkina Faso, plus de 50% de l’électorat potentiel est constitué de la population jeune. Pourtant, c’est elle qui est la moins représentée dans toutes les sphères de décision. C’est du moins ce que révèle ce premier rapport annuel de l’Association des jeunes pour le développement durable au Burkina Faso (AJDD/BF) dont la synthèse a été rendue publique ce samedi 6 juin. En effet, selon le directeur exécutif de l’AJDD/BF, Cheick Traoré, moins de 30% de jeunes sont responsabilisés globalement dans tous les postes de décision. Un constat fait dans presque tous les services dans lesquels l’étude a été réalisée. Il s’agit de l’administration publique, des collectivités territoriales et des partis politiques.

Cheick Traoré, directeur exécutif de l’association des jeunes pour le développement durable

Ainsi, dans ledit rapport, il ressort qu’au niveau des institutions étatiques consultées, on note une présence globale des jeunes de l’ordre de 20 à 30%, sur un effectif total d’environ 3 800 personnes. Concernant les postes de responsabilité, les jeunes occupent environ 30% des 1 012 postes disponibles. Dans les collectivités territoriales, on note une présence globale des jeunes à hauteur de 31%. Globalement, 50% des structures consultées ont un personnel jeune qui n’atteint pas 20%.

En plus de ces différentes sphères, il y a également qu’au niveau des partis politiques, moins de 17% de jeunes sont membres du bureau. Dans certains cas, il y a moins de 1% de jeunes dans les bureaux exécutifs nationaux, explique le directeur exécutif de l’AJDD/BF. C’est pourquoi, l’AJDD/BF a fait plusieurs recommandations dans ce rapport pour relever le défi.

Une vue des journalistes présents à la conférence de presse

Il s’agit de renforcer les cadres normatifs et politiques relatifs à la participation des jeunes, c’est-à-dire un pacte de gouvernance intergénérationnel ; mettre en place un mécanisme de veille sur la présence des jeunes dans la gouvernance et œuvrer à lever les barrières socio-culturelles à travers l’autonomisation des jeunes.

Outre ces recommandations, l’AJDD/BF dit poursuivre cette veille citoyenne sur le terrain en mettant l’accent sur les listes de candidature des différents partis politiques, afin de voir combien de jeunes sont membres des bureaux politiques et sur les listes des partis politiques. Et tout cela, dans le but de faire un suivi et faire en sorte que les jeunes aillent voter des programmes de qualité mais aussi des partis qui auront mis des jeunes sur leur tête de liste.

Cette étude s’est faite par un questionnaire adressé à onze institutions, a fait savoir le consultant responsable de ce rapport, Yann M. Soma.

Yvette Zongo

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire