Congo-Brazzaville: COVID-19 – Les entreprises exhortées à renforcer les mesures sanitaires pour sauver l’activité économique


En séjour de travail dans le département de la Bouenza, la ministre en charge de la Santé, Jacqueline Lydia Mikolo, a appelé les industries qui y sont installées à renforcer les mesures sanitaires visant à endiguer la propagation de la Covid-19 afin que l’activité économique se développe sans problème.

Dans ce contexte d’état d’urgence sanitaire, où les cas de contamination à la Covid-19 ne font qu’augmenter, les responsables de la société Dangote Ciment (cimenterie implantée Loutété), de Saris-Congo (fabrication du sucre) et de la Société de recherche d’exploitation minière (Soremi) installée à Mfouati, la Société nouvelle des ciments du Congo (Sonocc) ont échangé avec la ministre en charge de la Santé, le 5 juin à Nkayi, sur le renforcement des mesures de riposte et de l’accompagnement qu’elles peuvent apporter au gouvernement en la matière.

« Nous avons tous la même préoccupation : celle de ne pas arrêter l’activité économique. Mais si les conditions sanitaires ne le permettent pas, nous en arriverons là.

Ces entreprises doivent donc participer activement à la riposte », a déclaré Jacqueline Lydia Mikolo en reconnaissant que ces sociétés sont coopératives depuis le début de la pandémie.

Ainsi, les médecins de ces différentes entreprises devraient collaborer avec l’équipe départementale de riposte pour protéger la population, les employés, les collaborateurs et sauver l’activité économique.

« Nous devons travailler ensemble, dans la transparence pour être au même niveau d’information », a souligné la ministre sur les aspects liés à la surveillance épidémiologique.

La réorganisation des espaces au sein de ces sociétés dans les zones de forte concentration de sorte que les employés travaillent par rotation a été suggérée en bannissant la stigmatisation.

Du côté des entreprises, l’engagement a été pris pour renforcer les mesures afin d’éviter la propagation de la Covid-19.

En leur sein, les dispositions sont d’ailleurs prises dans ce sens. « Notre premier challenge, c’est la prévention.

Les équipements de protection sont mis à la disposition des employés, les mesures barrières édictées par le gouvernement sont appliquées.

Nous devons les renforcer car il y a la campagne sucrière qui commence ce 10 juin car nous sommes déjà en fin de stock 2019 », a expliqué le directeur général de Saris Congo, Guillaume Ranson.

L’entreprise qui a l’exclusivité de fournir du sucre au pays, rappelons-le, avait enregistré un cas covid-19 importé qui a été suivi et traité.

En réalité, la situation ne concerne pas uniquement les entreprises installées dans le département de la Bouenza.

Celles implantées dans d’autres localités notamment Pointe-Noire et Brazzaville, les départements les plus touchés, sont aussi appelées à redoubler de vigilance dans la prévention pour endiguer la propagation de la Covid-19.

Les hôpitaux renforcent les dispositions

Le Comité national de riposte contre la Covid-19, conduit par la ministre en charge de la Santé, a visité l’hôpital de base de Madingou qui améliore le circuit de prise en charge des victimes de la pandémie en aménageant les modules qui leur sont dédiés.

A l’hôpital de base de Nkayi, le site de prise en charge des cas symptomatiques tourne à plein régime.

« Nous constatons que les dispositions sont prises pour mieux riposter à cette pandémie au niveau du département », a indiqué la ministre en charge de la Santé.

Point épidémiologique

En date du 5 juin, le Congo a totalisé 635 cas de Covid-19 dont 182 guéris, 20 décès.

Brazzaville compte 341 cas, Pointe-Noire 274, le département de la Bouenza arrive en troisième position avec 7 cas dont 4 nouveaux.

Le Kouilou en compte 6, le Pool 5, la Sangha 1, la Cuvette 1, selon le point épidémiologique fait par le coordonnateur national technique de riposte, le Dr Gilbert Ndziessi.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire