Algérie: Adrar – Tayeb Aboubi, une figure de la chanson locale en quête de prise en charge


Adrar — L’artiste Tayeb Aboubi, une figure de la chanson locale, a gravé son nom en lettres d’or dans le répertoire artistique d’Adrar, avec ses nombreuses contributions dans les domaines de l’éducation, de la culture et des sports.

Né en 1965 dans la commune d’Adrar et père de trois enfants, il s’est dès 1977 lancé dans le domaine artistique au sein d’une petite troupe « Okba Ibn- Nafaa » et a représenté Adrar dans l’émission télévisuelle de la RTA à l’époque « El-Hadika Essahira » (le jardin enchanté), avant de rejoindre en 1981 la troupe « Ness El-Achra » de la chanson classique avec laquelle il a animé de nombreuses fêtes et manifestations locales.

Poursuivant son parcours artistique, Aboubi a rallié la troupe « Djil El-Wihda » qui s’est distingué avec des participations artistiques en chantant en France (1988), dont ceux les ayant vécu, les émigrés notamment, gardent encore en mémoire ses soirées.

L’artiste s’est aussi distingué avec cette troupe à différents festivals nationaux de la chanson engagée, à travers les wilayas de Bejaia, Tiaret, Oran et d’autres régions du pays.

En plus de son répertoire riche en d’autres genres lyriques, patriotiques et politiques, chantant les soucis et espoirs de la Nation arabe et musulmane, notamment la question palestinienne, Aboubi a contribué à l’enregistrement, en 1988, d’un album sonore de la troupe Djil El-Wihda au Studio des frères Rachid et Fethi (wilaya de Tlemcen) fréquenté par des artistes de renom.

Activité associative intense, un défi aux soucis de santé

Tayeb Aboubi a su, tout au long de sa carrière, allier une passion artistique à l’activité associative à travers des contributions aux œuvres caritatives et bénévoles en direction de la population, en dépit de ses soucis de santé.

Il est membre actif dans les associations de la cité « 1er Novembre » d’Adrar, des parents d’élèves et celle des petits cancéreux, en voie de création, et a laissé une empreinte dans les activités éducatives et sportives, notamment scolaires, en tant que fan et joueur de hand-ball à la fin des années 1970 et joueur de football dans différents clubs locaux.

En dépit d’un riche palmarès artistique, Aboubi n’a songé à l’archivage de cette longue expérience artistique qu’en 2017 lorsqu’il a obtenu sa carte officielle d’artiste, en relançant les activités de sa troupe « Djil El-Wihda » à travers un nouvel album « El-Awda » (le retour), après un arrêt forcé durant les années de la tragédie nationale.

Son retour sur la scène artistique n’a duré que quelques temps pour le malheureux Aboubi qui a été freiné dans son élan par des soucis de santé.

Mettant à profit la célébration de la journée nationale de l’artiste, Tayeb Aboubi, l’homme aux talents multiples, a émis le souhait de voir réhabilité son palmarès artistique auquel il a consacré sa jeunesse.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire