Afrique de l’Ouest: Autonomisation des femmes du Sahel – Le soutien financier se précise


Une réunion virtuelle s’est tenue lundi entre les ministres camerounais de l’Economie, de la Promotion de la Femme et les partenaires financiers de ce projet.

Le ministre camerounais en charge de l’Economie, Alamine Ousmane Mey et le ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille, Marie Thérèse Abena Ondoua ont participé lundi 08 juin 2020 à une rencontre virtuelle du comité régional pilote du projet Autonomisation des femmes et dividende démographique du Sahel (Swedd), dans sa deuxième phase. Certains ministres des neuf autres pays impliqués dans ce projet ainsi que les responsables des principaux partenaires techniques et financiers étaient également de la partie. Objectif : mettre en place des stratégies efficaces contre le Covid-19 et lancer la campagne multimédia et communautaire.

Alamine Ousmane Mey a rappelé les mesures de riposte prises au niveau des dix régions par l’Etat du Cameroun pour soutenir les populations dans cette situation de pandémie. Il s’agit du renfoncement du système de santé, de la résilience économique et financière ; du renforcement de la recherche et de l’innovation et de la résilience sociale, entre autres. Concernant le projet Swedd, il a ajouté que les femmes et filles des régions du Nord, de l’Adamaoua et de l’Extrême-Nord, beaucoup plus vulnérables, devraient bénéficier d’un soutien spécifique afin qu’elles soient autonomes et s’insèrent facilement dans la société. A ce titre, un montant de 75 millions de dollars soit environ 43 milliards de F octroyé par la Banque mondiale a été mis en place pour les soutenir dans le renforcement de leurs activités génératrices de revenus.

Marie Thérèse Abena Ondoua est revenue sur leur situation en cette période de pandémie. Selon elle, chaque pays membre doit prendre en compte la vulnérabilité des femmes et des filles et faire passer les problèmes de développement en priorité. L’on apprend ainsi que la pandémie du Covid-19 survenue au mois de décembre dernier a fait que la situation de précarité dans laquelle vivait cette cible s’aggrave davantage, entraînant des conséquences dévastatrices notamment des violences conjugales. Une étude des Nations unies compte en plus l’augmentation des mariages d’enfants et des grossesses d’adolescentes. L’on observe également dans plusieurs de ces pays, des cas de harcèlement, des grossesses précoces et viol et la déscolarisation des jeunes filles. Cette situation préoccupante a amené les pays membres à vouloir assurer la continuité de la gouvernance du projet dans sa phase 2, d’où cette réunion virtuelle.

Les résultats attendus de cette réunion était notamment d’offrir une plate-forme d’échange entre les pays et ses partenaires sur le potentiel de la crise et impliquer les ministères porteurs du projet Swedd dans la mise en œuvre de la riposte contre la pandémie et dans le plaidoyer



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire