Assemblée nationale : « nous nous opposons à l’arrêt du conseil d’État parce qu’il ne respecte pas les règles élémentaires du droit et de la politique qui nous gère » (Thomas Lokondo)


Le député Henri-Thomas Lokondo s’insurge contre l’arrêt du conseil d’Etat exigeant la suspension de l’organisation de l’élection du remplaçant de Jean-Marc Kabund au bureau de la chambre basse du parlement. Pour cet élu, l’arrêt du conseil d’État « ne respecte » pas les règles élémentaires du droit. 

Le Procureur général de la république a réquisitionné la police pour empêcher la tenue de la plénière de ce vendredi à l’Assemblée nationale. Mais Lokondo se dit favorable à la tenue de l’élection telle que prévue s’appuyant sur une disposition constitutionnelle qui demande à toute personne de ne pas appliquer un ordre manifestement illégal.

« La notion de la séparation du pouvoir est une notion cardinale dans le fonctionnement de la démocratie. Nous ne le faisons pas pour s’opposer simplement. Peut-être que les gens vont dire : ils se sont opposés à l’arrêt du conseil d’État. Nous nous opposons à l’arrêt du conseil d’État parce qu’il ne respecte pas les règles élémentaires du droit et de la politique qui nous gère. Nul n’est tenu d’exécuter un ordre manifestement illégal », a dit le député Henri-Thomas Lokondo.

Après sa déchéance, Jean-Marc Kabund a saisi le conseil d’État en référé-liberté pour obtenir la surséance de la procédure de son remplacement. Le conseil d’État a ordonné  ladite surséance. 

À son tour, la chambre basse du parlement brandit le principe de séparation et maintien sa décision d’organiser l’élection ce jour du remplacement de Jean-Marc Kabund, ancien premier vice-président. Elle qualifie en d’inique la décision du Conseil d’Etat.

Pour remplacer Kabund, l’UDPS a présenté la candidature de la députée Patricia Nseya qui est seule sur la liste. 

Berith Yakitenge

 



actualitecd

A lire aussi

Laisser un commentaire