Algérie: Pollution – 6.000 unités industrielles polluantes recensées à travers 35 wilayas


Alger — La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Nassira Benharrats, a fait état, mardi à Alger, de 6.000 unités industrielles classées parmi les entreprises « potentiellement pollueuses » de l’environnement et des oueds, dont 1.673 installations qui déversaient des rejets liquides polluants, ayant été recensées à travers 35 wilayas.

Dans son allocution à l’occasion du lancement d’une journée d’études autour de « la valorisation et la protection des oueds », Mme Benharrats a indiqué que parmi 1673 entreprises classés comme polluantes des oueds et des différentes embouchures, 1343 ont été inspectées, donnant lieu à un constat de défaut de conformité de 772 entreprises aux conditions nécessaires à même d’assurer la non-pollution des oueds, notamment la création de stations d’épuration (Step) et le non-déversement des déchets solides dans les embouchures.

La ministre a également fait savoir qu’il a été procédé à l’envoi de 460 notifications, de 167 recommandations et de 38 cas d’engagements volontaires, afin que les entreprises industrielles puissent améliorer leurs situations et respecter toutes les conditions de prévention de la pollution.

Mme Benharrats souligne, en outre, que dans le but de protéger et préserver l’environnement, le ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables avait chargé l’Agence nationale des déchets (AND) de doter 33 wilayas, en stations de traitement du lixiviat, avec une capacité de traitement de 80 m3/jour pour chaque station, avec comme objectifs, de traiter 1 million de m3 de lixiviat par année et de mobiliser de nouvelles ressources hydriques pour l’irrigation, la maintenance, la protection des animaux et plantes et la création d’emplois.

Après avoir affirmé que les eaux des Oueds sont la principale source d’alimemnation des barrages, M. Berraki a indiqué qu’elles jouent un rôle important dans le développement socio-économique, ajoutant que ces eaux sont utilisées dans l’irrigation des terres agricoles, d’où la nécessité de leur protection contre tous les aspects de la pollution.

En ce qui concerne cette journée d’études, le ministre a précisé qu’elle visait à faire le point de situation des Oueds en Algérie par des experts et des spécialistes afin de déboucher sur des recommandations à même de rétablir cette richesse naturelle.

Suite à une visite de terrain qu’il a effectuée au niveau du Lac de Réghaia et de Oued El-Harrach, en compagnie de la ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Nassira Benharrats et du wali d’Alger, Youcef Cherfa, M. Berraki a indiqué que la réhabilitation de Oued El-Harrach a changé le visage de la ville en devenant un lieu de divertissement par excellence.

S’agissant du Lac de Réghaia, Mme Benharrats a fait savoir que les établissements industriels, sis près du lac, ont été fermés afin de préserver l’environnement de de cette zone humide.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire