Algérie: Omari – Base de données numérique pour le recensement des terres agricoles


– Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Cherif Omari a affirmé, mardi à Alger, que son département ministériel s’apprêtait, dans le cadre du programme de la numérisation du secteur, à parachever la base de données numérique pour le recensement des terres agricoles à travers le territoire national, ainsi que plusieurs applications fournissant des données sur les agriculteurs, les éleveurs et le bétail.

« Le projet du programme de numérisation du secteur de l’agriculture et du développement rural est à un stade avancé et ce grâce aux capacités nationales et aux compétences algériennes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays », a déclaré le ministre devant les membres de la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN), lors d’une plénière consacrée au débat de la loi de règlement budgétaire pour l’exercice 2017, présidée par le président de la Commission, Tarek Tridi et en présence de la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar.

M.Omari a fait état de la création en cours de plusieurs applications permettant d’assurer des données sur les agriculteurs, les éleveurs et le bétail, et ce en faisant appel aux jeunes universitaires afin d’obtenir des informations détaillées sur les types de bétail, les éleveurs et les agriculteurs.

Pour ce qui est de la consommation totale du budget du secteur, elle a atteint 271,96 milliards de DA, dont 2,20 milliards de DA consommés par l’ex-direction générale de la pêche et de l’aquaculture, a fait savoir le ministre, soulignant que la consommation globale du budget a dépassé le montant consacré à l’exercice 2017, et ce en raison du solde restant qui avait été utilisé pour la mise en œuvre des programmes en cours de réalisation.

Selon M. Omari, la contribution de l’Etat au soutien au pouvoir d’achat des consommateurs en matière de céréales et de lait a atteint 186,36 mds DA soit 86% du budget de fonctionnement du secteur auquel il a été alloué un montant de 217,81 mds DA.

Evoquant les résultats de son secteur en 2017, le ministre a rappelé la mise en valeur des terres agricoles dans le cadre de l’acquisition de la propriété foncière, faisant état de 145.428 bénéficiaires ayant obtenu une surface de plus de 1,1 million d’hectares, outre la création de nouvelles exploitations agricoles et d’élevage de bétail, outre l’octroi de 25.784 actes pour une surface dépassant 808 hectares.

Le secteur a réalisé, en outre, 6.332 km de lignes électriques agricoles au niveau de 19 wilayas en sus de l’ouverture de 6.639 km de pistes agricoles et la création de plus de 2,6 millions d’emploi au niveau des exploitations agricoles dont 1,94 million postes permanents.

S’agissant des produits agricoles de base , M. Omari a fait savoir que la production réalisée en 2017 avait enregistré une croissance notable avec 34,7 millions qtx de céréales, 1.1 million qtx de légumineuses, 46,1 millions qtx de pomme de terre, 12,1 millions qtx de tomate industrielle,

1,24 millions qtx d’ail, 4,9 millions qtx de pomme, 191,38 qtx de lentilles, 5,30 millions qtx de viandes blanches, 5,43 millions qtx de viandes rouges, 3,52 mds litres de lait frais et 832 millions litres de lait collecté.

Ce qui est des capacités de stockage et d’organisation, un programme d’investissement public relatif au stockage stratégique des céréales a été engagé en construisant 9 silos en béton armé et 30 autres en métal, élevant ainsi la capacité de stockage à 30.3 millions qtx notamment avec la reception en 2019 de 09 silos stratégiques d’une capacité de 3,5 millions qtx.

Lors de l’examen du projet de loi, la majorité des membres de la commission a salué les efforts colossaux des agriculteurs afin d’assurer leurs produits dans le contexte de la crise sanitaire du nouveau coronavirus, avant de présenter leurs observations et préoccupations, notamment la question de la location des terres au détriment des paysans, réclamant une opération d’assainissement dans ce cadre, ainsi que la facilitation du financement des agriculteurs par les banques.

Les députés ont évoqué également la question de la numérisation pour une commercialisation régulée du produit agricole et la nécessité d’une diversification de la production pour fournir davantage de viandes, de lait et de blé tendre ainsi que l’encouragement de l’émergence de petites entreprises dans le domaine de l’agriculture afin de booster l’industrie de transformation, et la nécessité d’assurer l’électricité agricole, d’accélérer l’octroi des autorisations de forage de puits et de restituer les terres agricoles détournées.

Il a salué également les mesures prises par le Gouvernement pour faciliter l’activité des agriculteurs, ce qui a permis de surmonter cette période difficile.

L’Algérie a réalisé son autosuffisance dans une grande partie de produits agricoles, sauf certains dont l’importation est maintenue pour diversifier les produits mis sur le marché, tel que les bananes, a affirmé le ministre, ajoutant que son ministère oeuvre en collaboration avec les autres secteurs à préparer une stratégie plus efficace visant l’exportation de l’excèdent de certains produits agricoles.

Concernant l’électricité agricole et l’accélération de l’octroi d’autorisations pour le forage de puits, le ministre a répondu: « dans le cadre des directives présidentielles concernant ce volet, la plupart des régions qui souffrent du manque de ces équipements et de projets, ont été pris en charge et les projets sont en cours de parachèvement.

Pour l’industrie de transformation agricole, M.Omari a précisé que le secteur était en passe de préparer un mécanisme stratégique pour créer des unités industrielles de transformation à proximité des pôles agricoles, notamment dans le sud du pays , soulignant que le rapprochement des unités de production des pôles agricoles augmentera les capacités de transformation et permettra une exploitation optimale du surplus de production.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire