Arrestation du principal candidat d’opposition à la présidentielle biélorusse



Jeudi 18 juin, le candidat à l’élection présidentielle du 9 août et ex-président de la banque biélorusse Belgazprombank, Viktor Babariko, a été placé en garde à vue pour malversations financières.

En compagnie de son fils, Viktor Babariko était venu déposer une nouvelle portion des signatures nécessaires pour valider sa candidature à la Commission centrale électorale, jeudi 18 juin. Mais depuis, les deux hommes ont disparu des radars, raconte le quotidien russe Kommersant. La veille, le compte de campagne de Viktor Babariko, sur lequel se trouvaient 42 000 dollars, avait été bloqué.

60 millions de dollars

Auparavant encore, la banque qu’il a dirigée jusqu’au 19 mai avait été perquisitionnée. Finalement le Comité du contrôle d’État (CCE) a informé que le candidat d’opposition avait été arrêté. Selon l’organe en charge des crimes financiers, vingt personnes également interpellées auraient reconnu que l’ancien banquier était “l’organisateur d’une machination financière”. La malversation concernerait l’équivalent de 60 millions de dollars en titres bancaires.

Comme le souligne Kommersant, l’arrestation de Viktor Babariko a eu lieu le jour où l’on apprenait qu’il avait réuni les 100 000 signatures nécessaires pour participer à la présidentielle. Seul Viktor Loukachenko, qui dirige d’une main de fer l’ancienne république soviétique depuis 1994, y est pour l’instant parvenu.

Dans une interview publiée par Euronews le jour de son arrestation et reprise par le site indépendant Bielorousski Partizan, Viktor Babariko, 56 ans, affirme que son équipe de campagne a récolté au total plus de 300 000 signatures. “Si aujourd’hui un candidat aussi solide que moi n’obtient pas de validation de la Commission électorale, autant ne pas faire d’élection, déclare l’opposant.

Si cela se produit, cela signifiera que le pouvoir a tellement peur qu’il n’admet même pas la concurrence, ni de demander son avis au peuple. Je ne pense pas que le processus préélectoral se déroulera ainsi.”

Le 29 mai, à Grodo, avait déjà été arrêté le célèbre blogueur Sergueï Tikhanovski qui récoltait des signatures pour son épouse, la femme d’affaires Svetlana Tikhanovskaïa, devenue candidate à la place de son mari après que celui-ci a été empêché de se présenter. Le 24 mai, cela avait été le tour de l’opposant Nikolaï Statkévitch.





A lire aussi

Laisser un commentaire