Cameroun: Abbo Aboubakar, maire de Belel – « Nous avons le souci de protéger notre population »


Comment s’organise votre commune dans la lutte contre le covid-19, pour sensibiliser les populations à respecter les mesures barrières surtout le port du masque de protection?

Nous nous sommes organisés avec le comité local qui assure le suivi-évaluation des mesures barrières édictées par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre cette pandémie.

Ainsi, la commune intervient dans le cadre des activités de ce comité. Notamment, la sensibilisation. La commune travaille au quotidien avec les autres autorités locales pour sensibiliser les populations en collaboration avec les chefs traditionnels et les chefs de communautés. Nous avons fait cette sensibilisation, depuis que la pandémie s’est déclarée au Cameroun, et nous le faisons sans arrêt.

Par ailleurs, nous avons élaboré un agenda avec le personnel de la mairie, qui sillonne notre commune et qui à la rencontre de la population dans les villages. Ceci pour leur parler de l’importance du port du masque en leur présentant les dangers auxquels elle est exposée tout en rappelant les mesures édictées par l’Oms et le gouvernement.

Avez-vous le sentiment que les populations adhèrent à cette politique de santé mise en place par le gouvernement ?

C’est vrai que l’adhésion n’est pas spontanée, elle s’effectue à travers la sensibilisation et progressivement la population adhère en mettant en pratique les mesures barrières.

Aujourd’hui, le nombre de ceux qui portent le masque de protection dans la commune de Belel a augmenté. Nous sommes très actifs et permanents sur cet aspect.

Et cette initiative porte des fruits grâce aux actions menées sur le terrain par la cellule de veille. Celle-ci sillonne au quotidien tout l’arrondissement.

Elle est active dans les marchés périodiques afin de toucher le maximum de la population dans la commune. Cette caravane s’accompagne de la distribution gratuite des masques de protection.

Depuis l’annonce des mesures d’assouplissement par le gouvernement, on observe une sorte de relâchement de la population. Que faites-vous au quotidien pour la rappeler à l’ordre ?

Nous le ressentons c’est vrai, mais l’ampleur n’est pas aussi grande qu’en ville. C’est une zone rurale dans laquelle, on ne retrouve pas beaucoup de bars et d’hôtels comme en ville.

Les mesures d’assouplissement concernent certains espaces que nous n’avons pas en milieu urbain. Donc, cela n’a pas d’impact négatif chez nous.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire