Afrique Centrale: UNESCO Afrique centrale – Stratégies pour des artistes résilients


Les Etats membres de cette organisation internationale se sont concertés le 19 juin dernier dans le cadre d’un webinaire visant à remonter le secteur culturel.

Plus que jamais résolus à vaincre les crises et à assurer la pérennité des activités liées aux arts et à la culture, les ministres des Etats membres de l’Unesco section Afrique centrale, en charge de ce secteur, ont eu une rencontre virtuelle le 19 juin dernier. C’était dans le cadre du webinaire sur la résilience des artistes et acteurs culturels de la sous-région Afrique centrale face aux crises. Evénement organisé par le bureau régional Unesco Afrique centrale. Comme il est désormais de tradition, le ministre des Arts et de la Culture (Minac), Bidoung Mkpatt, est intervenu depuis son cabinet à Yaoundé.

Face aux crises auxquelles est confrontée le continent, l’Afrique centrale en l’occurrence, comme celle liée à la pandémie de Covid-19 qui secoue le monde entier et dont l’industrie des arts et de la culture en paie des frais, le Minac a fait savoir à ses homologues qu’au Cameroun, le chef de l’Etat a fait de cette situation, une cause nationale. Conscient de la gravité de ce contexte de crise insidieuse, le gouvernement à travers le Minac est engagé à restructurer le mouvement artistique et culturel national. « Un projet de loi devant permettre le développement et la promotion spécifique des activités du sous-secteur est en cours de proposition auprès des hiérarchies compétentes. Par ailleurs, après un dialogue inclusif et franc avec les artistes, nous avons procédé à la signature d’un ensemble de textes facilitant la perception et la répartition des redevances des droits d’auteur », a confié Bidoung Mkpatt.

Au-delà de ces mesures, les 24 pôles artistiques et culturels organisés par discipline ont été sensibilisés à s’investir dans ces mesures innovantes adaptées au contexte. C’est dans cette optique que le Centre d’application de promotion du tourisme culturel par le numérique a vu le jour avec pour objectif de favoriser la distribution des produits, biens et services culturels. Toujours dans le même registre, le pôle arts multimédia a créé un ensemble d’offres de services numériques permettant aux artistes de développer des activités de communication, d’interactivité et d’échanges dans leurs disciplines respectives. « Pour soutenir la résilience et le relèvement du sous-secteur culturel, un accompagnement technique et financier du Bureau régional multisectoriel pourrait tout aussi être apporté dans le cadre du renforcement des capacités des acteurs dans les domaines des industries créatives et du patrimoine culturel », a suggéré le Minac, pour qui la bataille menée afin de relever la culture après cette crise sanitaire, reste des plus sensibles.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire