Macron touché… mais pas forcément coulé



La défaite ne pouvait pas être pire pour le parti du président, qui n’a plus d’autre choix que d’en passer par un remaniement, et même un changement de Premier ministre. Mais attention : 2022 ne ressemblera pas forcément à 2020, estime ce grand quotidien espagnol.

Les pires présages se sont confirmés. Les résultats désastreux du parti du président Emmanuel Macron, La République en Marche (LREM), au deuxième tour des municipales, rendent inévitable un remaniement du gouvernement et un changement significatif de politique.

L’actuelle maire de Paris, la socialiste Anne Hidalgo, à la tête d’une coalition de gauche alliée avec les écologistes, a obtenu autour de 50 % des voix, raflant ainsi le trophée le plus convoité. En deuxième position, loin derrière : Rachida Dati, la championne des Républicains (LR). Quant à la candidate de Macron, Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé, troisième, elle a dû se contenter… d’un score bien plus maigre encore.

Pour Macron, la pilule est amère. Son candidat à Lyon, l’ancien ministre de l’Intérieur – et ancien socialiste – Gérard Collomb, qui a conclu une alliance de dernière minute avec la droite [ce qui lui a valu son exclusion de LREM] pour barrer la route aux écologistes dans la deuxième grande agglomération française, a perdu son pari. Les Verts l’ont emporté très largement. Ils se sont également imposés, en alliance avec d’autres partis comme à Strasbourg ou à Bordeaux.

LREM est crédité d’une seule victoire claire, dans la ville portuaire du Havre, où se présentait le Premier ministre Édouard Philippe, qui selon certaines enquêtes est plus populaire que le

[…]

Eusebio Val

Lire l’article original

Source

“L’Avant-Garde” a été fondée en 1881 à Barcelone par la famille Godó, qui en est toujours propriétaire. Ce quotidien au format berlinois est le deuxième du pays en matière de diffusion, et le numéro un en Catalogne, juste devant El Periódico de

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire