Allaitement maternel exclusif : C’est parti pour la campagne nationale « Plus fort avec le lait maternel uniquement »


La ministre de la Santé, Pr Claudine Lougué, a lancé, ce lundi 29 juin 2020, la campagne nationale « Plus fort avec le lait maternel uniquement ». Une campagne initiée par l’UNICEF et Alive & Thrive pour promouvoir l’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de vie de l’enfant.

Grâce Kiéma est mère de deux enfants dont le deuxième a tout juste 45 jours. Pour son deuxième bébé, tout comme pour le premier, elle a opté pour l’allaitement maternel exclusif jusqu’à six mois. Un choix logique, selon la jeune maman, au regard des bienfaits de l’allaitement maternel exclusif. Elle affirme que ses enfants ne souffrent d’aucune maladie infantile et, en plus, c’est très économique, puisqu’elle n’achète pas le lait. Son témoignage, elle l’a rendu à la cérémonie de lancement de la campagne nationale « Plus fort avec le lait maternel uniquement ».

Pr Claudine Lougué indique que l’allaitement maternel exclusif permet de lutter contre les maladies diarréhiques

Malheureusement, malgré tous les bienfaits et avantages de l’allaitement maternel exclusif jusqu’à six mois, au Burkina Faso comme dans les autres pays du Sahel, de nombreuses mamans continuent encore de donner de l’eau aux nourrissons de moins de six mois pour, disent-elles, étancher leur soif à cause des températures élevées. Pourtant, selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé), le lait maternel couvre tous les besoins et notamment ceux en eau du nourrisson jusqu’à six mois.

C’est une pratique très ancrée dans les habitudes des mamans ; pourtant, l’on constate depuis quelques années, que les choses commencent à changer lentement. En effet, entre 2012 et 2018, les chiffres indiquent une diminution de la pratique, qui est passée de 58,5%, soit six nourrissons sur dix, à 42,5%, soit quatre nourrissons sur dix, qui reçoivent de l’eau avant l’âge de six mois. Sur la même période, la proportion des tisanes données aux nourrissons a baissé, passant de 21,5% à 7,5%.

les Participants à la cérémonie de lancement de la campagne

Au regard des chiffres assez encourageants, il convient donc de maintenir les efforts pour que l’allaitement maternel exclusif jusqu’à six mois soit très largement pratiqué. Et c’est ce à quoi répond cette campagne nationale « Plus fort avec le lait maternel uniquement », initiée par l’UNICEF. Il s’agit, à travers cette campagne, de renforcer les actions de communication pour l’élimination de l’eau donnée aux nourrissons de moins de six mois à la place du lait maternel.

Cela peut être possible si « les femmes qui allaitent reçoivent les informations adéquates et bénéficient du soutien nécessaire de la part de la famille, de la communauté, des professionnels de santé ainsi que sur le lieu de travail », a indiqué Dr Anne Vincent, représentante de l’UNICEF au Burkina Faso. A cela, dit-elle, il faut ajouter le fait que « les actions visant la protection de l’allaitement peuvent être améliorées par l’adoption de textes légaux appropriés visant la réglementation de la commercialisation des substituts du lait maternel, l’allongement de la durée du congé de maternité et la mise en place d’espaces d’allaitement sur les lieux de travail. » C’est donc un véritable travail de plaidoyer à tous les niveaux qui est engagé, pour que l’allaitement exclusif s’intègre dans les habitudes des mamans burkinabè.

Dr Anne Vincent, Représentante de l’UNICEF au Burkina Faso plaide pour la prise de dispositifs législatifs favorisant l’allaitement maternel exclusif

Pour atteindre son objectif, l’UNICEF peut compter sur le Larlé Naaba Tigré, qui a parrainé la cérémonie de lancement de la campagne « Plus fort avec le lait maternel uniquement ». « Conscient du rôle important de l’allaitement dans le maintien de la santé de l’enfant et de la mère, le bien-être familial et le développement économique, je puis vous assurer que je renouvelle mon engagement et mon soutien à la lutte contre la malnutrition à travers la promotion d’une bonne alimentation en général et de l’allaitement exclusif en particulier », a-t-il déclaré.

La ministre de la Santé, Pr Léonie Claudine Lougué, qui a présidé la cérémonie de lancement de la campagne, n’est pas en reste. Elle rappelle que l’allaitement maternel exclusif permet de lutter contre les maladies diarrhéiques. « Quand vous donnez de l’eau et on ne maîtrise pas l’hygiène de l’eau que nous donnons à nos enfants, quand nous donnons des décoctions dont on ne maîtrise pas l’hygiène, on expose les enfants aux maladies diarrhéiques. »

Mme Kiéma Grâce invite les autres mamans à pratiquer l’allaitement maternel exclusif qui n’a que des avantages

Pour la ministre, l’allaitement maternel exclusif est autant bénéfique pour la santé de l’enfant que pour celle de la mère ; « c’est moins de travail, c’est moins d’argent dépensé ». C’est pourquoi, elle ne manque pas d’appeler toutes les femmes à pratiquer l’allaitement maternel exclusif. L’objectif, c’est d’atteindre, à l’horizon 2025, 80% de mères qui pratiquent l’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de vie de l’enfant.

Justine Bonkoungou

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire