Cameroun: Axe Esse-Soa – C’est résolument relancé


Deux mois après le démarrage des travaux, le maître d’ouvrage se dit satisfait de l’évolution du chantier.

Terrassements et aménagement des bases de l’entreprise et de la mission de contrôle, avec un déploiement remarquable des engins. La base vie est fonctionnelle et les derniers aménagements sont en cours. Ci et là, les ateliers de ferraillage et d’essai divers se déroulent. Des bulldozers, des pelles excavatrices, des compacteurs, des niveleuses, des scrapers, des camions-bennes et du matériel topographique sont mis à contribution le long de l’itinéraire des travaux. Voilà ce que l’équipe du ministère des Travaux publics (Mintp), descendue sur le site la semaine dernière a pu constater sur l’axe Esse-Soa (49 km), second lot du chantier de construction de la route Soa-Awae-Esse (Esse-Soa) y compris la construction de deux ponts sur les rivières Zoui et Afamba. Ainsi, au 24 juin 2020, soit deux mois après le début des travaux, l’avancement physique des travaux est estimé à 9,2% pour une consommation des délais de 9,7%. Des travaux réalisés par l’entreprise camerounaise Bofas assistée par BEC Laroutière qui en assure la maîtrise d’œuvre technique.

Selon des sources proches du Mintp, l’entreprise a perçu son avance de démarrage et se déploie du point kilométrique 00 au point kilométrique 19. Sur le long de cet itinéraire, des dalots sont en construction, et des travaux de purge, de déblai de mauvais sol et de remblai sont en cours. A ces prestations s’ajoutent des travaux de nettoyage, d’enlèvement de la terre et de dégagement de l’emprise. Mais tout ne va pas sans contraintes, comme dans ce genre de projet.

Au rang des difficultés, le climat. En effet, l’entreprise effectue des travaux en pleine saison des pluies, ce qui ne facilite pas toujours une bonne progression. A signaler également, des problèmes liés à la libération de certaines emprises, de même que la complexité du relief et son impact dans la construction de tous les ouvrages d’art.

A l’achèvement des travaux, prévu pour fin 2022, la chaussée sera constituée d’une couche de forme en grave latéritique de 30 cm, d’une couche de fondation de grave latéritique de 20cm, d’une couche de base en GTN 0/31.5 (grave non traitée) de 20 cm, d’un revêtement en béton bitumineux de 5mm et des accotements en enduit superficiel bicouche.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire