Madagascar: Musique – La journée mondiale du reggae passée sous silence


Chaque année, la journée mondiale du reggae est marquée par des événements pluridisciplinaires.

Etat d’urgence sanitaire oblige. A quelques heures de la célébration de la journée mondiale du reggae, aucune manifestation n’est encore confirmée. Si chaque 1er juillet, la célébration de cette forme de résistance contre l’impérialisme bat son plein, les organisateurs passent le tour pour l’année 2020. Pourtant, cette journée reste une date incontournable de la musique reggae.

Ici à Madagascar, habituellement, les associations et les groupes d’artistes célèbrent toujours l’événement en grande pompe. Fruit d’une collaboration d’envergure, l’impact du mouvement reggae prend une dimension sociale dans la Grande île. Evidemment, chaque événement dépasse toujours le domaine musical en mettant en exergue les questionnements culturels et les causes sociales et environnementales qui suscitent l’engagement des artistes.

Force est pourtant de constater que la diffusion mondiale de la musique reggae n’a échappé à personne. Ce que l’on sait, au moins, c’est que le 1er juillet est consacré comme « journée internationale du reggae » car cette date marque l’anniversaire de la création de cette forme d’expression musicale. Cette date correspondrait, en effet, au jour où, en 1968, Toots a chanté son célèbre « Do the reggae »… mais tous les spécialistes ne sont cependant pas d’accord et d’autres voient plutôt une lente émergence de ce style de musique au cours des années soixante.

Pour l’histoire, durant les années 1960, la musique reggae s’est affirmée parallèlement aux différents mouvements de résistance contre l’impérialisme (ndlr: américain) et, si elle est née à Kingston en Jamaïque, elle a, depuis, conquis le reste du monde au travers d’icônes incontournables comme Bob Marley, pourtant décédé en 1981. Le reggae représente toujours aujourd’hui un état d’esprit éloigné de tous préjugés raciaux mais aussi de toute forme d’émeute et de violence.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire