À Paris, l’impossible distanciation physique dans les transports



Le respect des gestes barrières est difficile à mettre en œuvre au sein du réseau de transport parisien. Le Wall Street Journal s’est rendu à la gare de Châtelet-Les Halles, une des plus grandes stations souterraines du monde.

Alors que les restrictions imposées par la pandémie de Covid-19 sont progressivement levées à travers le monde et que la vie économique reprend, les autorités doivent relever un nouveau défi : comment faire respecter la distanciation physique et éviter une nouvelle vague de contamination tout en permettant aux citoyens de reprendre les transports publics.

Certaines métropoles asiatiques, comme Hong Kong ou Séoul, ont choisi de ne pas imposer de mesures strictes de distanciation afin de revenir à un nombre de passagers similaire à celui d’avant la pandémie.

Le gouvernement français, qui a levé l’essentiel des limitations concernant les déplacements individuels le 11 mai dernier, est aujourd’hui confronté à la même question. Alors que la baisse des contaminations se poursuit, les autorités ont annoncé un nouvel assouplissement des mesures avec la réouverture des cinémas, des écoles et des collèges.

La distanciation physique, en revanche, reste de mise dans les transports publics d’Île-de-France, où près de 12 millions d’habitants utilisent presque quotidiennement l’un des plus grands réseaux de transport urbain d’Europe.

À Paris, la gare de Châtelet-Les Halles – une des plus grandes stations souterraines du monde, par laquelle passent cinq lignes de métro et trois lignes de RER – est une zone cruciale pour juger du respect des nouvelles mesures. Le gouvernement a décrété qu’il ne devait pas y avoir plus d’un passager par mètre carré dans les trains. Et les usagers voyageant sans masque de protection risquent une amende de 135 euros.

Des règles de distanciation intenables

Certains responsables français estiment que ces règles de distanciation très strictes ne

[…]

Benoît Morenne et Vivien Ngo

Lire l’article original

Source

C’est la bible des milieux d’affaires. Mais à manier avec précaution : d’un côté, des enquêtes et reportages de grande qualité ; de l’autre, des pages éditoriales tellement partisanes qu’elles tombent trop souvent dans la mauvaise foi la plus

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire