Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA) : Des artistes dénoncent une mauvaise gestion


Le Syndicat national des artistes musiciens du Burkina (SYNAMUB) a dénoncé, au cours d’une conférence de presse, la mauvaise gestion du Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA). La rencontre avec les hommes de médias a eu lieu ce jeudi 2 juillet 2020 à Ouagadougou.

La gestion actuelle du BBDA n’est pas du goût du SYNAMUB. Il l’a fait savoir ce jeudi 2 juillet 2020 au cours d’une conférence de presse tenue à la Bourse du travail de Ouagadougou. Le syndicat dénonce une mauvaise gestion de la structure par son directeur général Wahabou Bara. Ces artistes disent ne pas comprendre pourquoi, jusque-là, le montant d’un milliard 250 millions octroyé dans le cadre de l’atténuation des effets du Covid-19, n’est pas encore réparti entre les artistes. Ils pensent que cette lenteur cache une histoire peu claire dans la gestion de cette somme.

Les artistes dénoncent également le non-respect de l’échéance prévue, le refus de la publication de la liste exhaustive et nominative des bénéficiaires et l’exclusion des artistes fonctionnaires. Pour Almamy KJ, secrétaire général du SYNAMUB, ce qui est encore dramatique dans cette gestion floue, c’est la nomination de Wahabou Bara au Prix africain de développement (PADEV).

Ils se demandent si ce dernier s’est inscrit à ce prix à son nom propre ou au nom du BBDA. Les conférenciers pensent savoir que les frais de participation au prix s’élèvent à 2 500 0000 F CFA. Les frais de transport et de logements seraient au compte du candidat. Au regard de toutes ces zones d’ombre, le syndicat a invité le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) à faire un audit général du BBDA.

Autre point abordé par le Syndicat national des artistes musiciens du Burkina (SYNAMUB), c’est la légitimité du poste de Wahabou Bara. Selon le syndicat, l’article 26 du règlement général du BBDA interdit aux créateurs membres de l’institution d’être à la fois conseils juridiques, employés ou mandataires dans l’administration.

Pourtant, c’est le cas de l’actuel directeur général du BBDA. « Sur la base de cet article, nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que Wahabou Bara a occupé illégalement et illégitimement la fonction de DG depuis sa nomination à nos jours, car son statut de créateur est incompatible avec le poste occupé », a déclaré Almamy KJ. « Nous n’avons pas de problème avec un individu. Il n’y a pas de problème d’individus entre Wahabou Bara et nous. Il se trouve que la gestion du BBDA est opaque », a précisé le secrétaire général du syndicat.

Par ailleurs, le SYNAMUB appelle ses militants à se tenir prêts pour des actions futures en vue de soutenir la lutte des travailleurs contre la baisse du pouvoir d’achat et les atteintes aux libertés syndicales.

La rédaction de Lefaso.net est entrée en contact avec le chargé de communication du BBDA par téléphone, pour avoir la version de la structure. Pour le moment, aucune réponse ne nous est parvenue.

Dimitri OUEDRAOGO

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire