Cameroun: Evolution de la pandémie – Il faut ralentir la courbe


Objectif présenté hier à Yaoundé par le Dr. Georges Alain Etoundi Mballa, au cours du point de presse quotidien

Les données semblent sans cesse croissantes depuis l’annonce des premiers cas de Covid-19 au Cameroun. Le pic « tant attendu » n’est donc toujours pas atteint. Hier, au cours du point de presse quotidien sur l’évolution de la pandémie dans le pays, au Centre des opérations et des urgences de santé publique de Yaoundé, le Dr Georges Alain Etoundi Mballa, directeur de la lutte contre la maladie les épidémies et les pandémies a présenté l’un des objectifs principaux à atteindre pour réduire une courbe. Il est question de ralentir cette courbe, d’atténuer son amplitude et d’arriver à une stagnation des nouveaux cas. «Notre courbe amorcera ainsi la phase de plateau. Si nous maintenons un bon niveau de riposte globale, nous verrons alors diminuer de façon significative le nombre de cas, notre courbe descendante laissera alors derrière elle, une forme de cloche, de pic », a expliqué le directeur de la lutte contre la maladie les épidémies et les pandémies.

Dr Georges Alain Etoundi Mballa a par ailleurs décrit la transmission de la maladie. Depuis quatre mois, elle a évolué en plusieurs étapes. D’abord à travers les voyageurs de retour des pays où l’épidémie sévissait, ensuite par la contamination des sujets en contacts avec lesdits voyageurs, par la transmission foyers épidémiques et par la transmission communautaire. Toutefois, grâce à un système de remontée des données à partir de chaque district de santé, le ministère de la Santé publique peut établir la situation épidémiologique de l’ensemble du pays et déterminer en temps réel comment évolue l’épidémie.

« En réalité, l’évolution n’est pas aussi schématiquement belle et les modélisations et les retours d’ex- périences montrent que la phase ascendante peut parfois évoluer en dents de scie, que le pic de l’épidémie n’est toujours pas clairement identifiable, que la phase descendante semble lente, mais surtout, que tout peut recommencer si nous baissons la garde », a-t-il poursuivi. Dans ce sens, en remerciant les hommes de médias pour leur travail de sensibilisation, il leur a demandé de poursuivre dans cette lancée afin que les populations continuent d’observer les mesures barrières édictées par le gouvernement .



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire