Aux Pays-Bas, les cartes d’identité ne comporteront bientôt plus les cases “homme” et “femme”



Dans une lettre adressée au Parlement, la ministre de l’Éducation a indiqué qu’à l’avenir les cartes d’identité ne comporteront plus de mention “homme” ou “femme”.

“À partir de 2024 ou 2025, les cartes d’identité nouvellement fabriquées ne contiendront plus de données liées au sexe des personnes”, écrit le quotidien NRC ce samedi 4 juillet. En revanche, rapporte le journal, les passeports conserveront la mention “homme” ou “femme”, afin d’être en accord avec la réglementation européenne sur les documents internationaux de voyage.

Selon Ingrid van Engelshoven, ministre de l’Éducation, de la Culture et des Sciences, qui en a fait l’annonce, cette réforme est une étape nécessaire dans le cadre d’une politique plus vaste qui tend à limiter “l’enregistrement inutile du sexe” des personnes. “Cela signifie également que les entreprises et organisations sont incitées à réduire elles aussi l’enregistrement de ces données”, relaie le NRC.

Opposition de la droite nationaliste

Ce n’est pas la première fois que les documents néerlandais d’identité doivent procéder à ce type de changements. Depuis 2018, après avoir saisi un juge, trois personnes sont parvenues à obtenir qu’en lieu et place de l’indication “femme” ou “homme”, la mention “X” figure sur leur passeport.

Aux Pays-Bas, la suppression annoncée de la mention “homme” ou “femme” sur les cartes d’identité est loin de faire l’unanimité. “Ils sont vraiment devenus complètement fous”, peut-on ainsi lire sur la page Facebook du parti nationaliste Forum pour la Démocratie. “À partir de 2024 ou 2025, votre sexe ne figurera plus sur votre carte d’identité. Et ça parce que le VVD et le CDA [deux partis de droite au pouvoir] capitulent devant un tout petit nombre de personnes qui ‘ne se sentent pas homme ou femme’, comme s’il s’agissait là d’un sentiment et non d’une réalité biologique.”

Les Pays-Bas ne sont pas le premier pays de l’Union européenne à retirer la mention “homme” ou “femme” sur les pièces d’identité, précise de son côté la télévision publique NOS. “Elle est depuis longtemps absente des cartes allemandes.”





A lire aussi

Laisser un commentaire