Cameroun: Inondations à Maroua – Aux sources du problème


Le mauvais état des voies des canalisations des eaux identifié par le maire de la ville comme cause de ces désagréments.

La région de l’Extrême-Nord est entrée de plain-pied dans la saison des pluies ; saison des dégâts aussi. Les pluies torrentielles de ces derniers jours viennent de mettre à découvert, la fragilité de certains ouvrages d’art couplée à l’incivisme des riverains, ce qui ne facilite pas l’écoulement des eaux en furie.

Cet aspect de la chose, le maire de la ville de Maroua l’avait récemment relevé lors de sa sortie médiatique et le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord est allé le constater sur le terrain mardi dernier 30 juin, suite aux pluies torrentielles qui se sont abattues dans la ville en fin de la semaine dernière.

Midjiyawa Bakari, ne s’est pas simplement concentré dans le centre de la ville de Maroua, mais il s’est aussi rendu dans la périphérie pour voir les dégâts causés par les eaux dont le passage est obstrué par l’action de l’homme.

On pointe pêle-mêle le doigt sur les constructions anarchiques sur le passage des eaux, l’incivisme des populations qui bouchent les voies d’évacuation avec les ordures ménagères, et même la mauvaise qualité des ouvrages de conduite des eaux de ruissellement.

Au terme de cette descente sur le terrain de mardi dernier, le gouverneur de l’Extrême-Nord a brossé l’état des lieux des infrastructures, précisément celles qui ont trait au passage des eaux de ruissellement.

« La ville de Maroua connaît aujourd’hui d’énormes problèmes en ce qui concerne l’évacuation d’eaux; à moindre pluie, il y a des inondations.

Les canalisations n’existent presque pas, et celles qui existent sont obs- truées par les alluvions, les bouteilles et autres déchets et il est question de procéder au curage de ces caniveaux », a relevé le gouverneur.

En réalité, les préoccupations sont bien importantes en ce domaine d’évacuation des eaux. Mais loin de sombrer dans un pessimisme béat, il a affirmé que ce qui peut être fait au niveau local le sera et que pour le reste, les doléances seront portées à la hiérarchie.

Il a saisi cette opportunité pour inviter le maire de la ville de Maroua et les autres chefs des collectivités territoriales à se pencher sur ce dossier en mettant en exécution ce qui peut être fait à leurs niveaux respectifs dans le domaine de l’assainissement .



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire