Algérie: Djerad préside une cérémonie d’émission de nouveaux billets et pièces de monnaie


Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a présidé, samedi au siège du Gouvernement, la cérémonie d’émission d’une édition de billets et de pièces de monnaie, en présence des ministres des Finances, Aymen Benabderrahmane, des Moudjahidine, Tayeb Zitouni et d’autres membres du gouvernement.

Dans son allocution, M. Djerad a affirmé que la monnaie était en soi un des symboles de la souveraineté nationale, mettant l’accent sur l’importance de donner une image « éclatante » de nos billets et pièces de monnaie qui sont à vrai dire « le reflet de notre histoire et la gloire de notre peuple ».

La cérémonie d’aujourd’hui qui coïncide avec la fête de l’indépendance, se veut le prolongement d’un fait historique traduit, hier, par la restitution des restes mortuaires de certains martyrs de la résistance populaire, a-t-il précisé, estimant que « cette symbolique réaffirme l’orientation de l’Algérie Nouvelle vers la restitution de notre histoire et nos gloires en liant le passé au présent et à l’avenir des générations pour ne jamais oublier ».

A ce propos, il a fait état de l’octroi d’un lot de terrain destiné à la réalisation d’un centre industriel moderne incluant, en sus d’une imprimerie, un siège pour le Trésor public, le centre national de tri des billets d’argent, un centre professionnel pour les métiers de fabrication et d’impression d’argent. Une démarche qui permettra, selon lui, de « hisser le rendement de cet établissement souverain de droit légal à l’émission d’argent ».

Présentant cette nouvelle édition de billets et de pièces de monnaie, M. Benabderrahmane a fait savoir que le billet d’argent de 2000 Da représentera, sur le recto, le groupe des 6 héros, architectes de la Glorieuse guerre de Novembre, et sur le verso, deux monuments de l’Algérie, en l’occurrence : le Medracen (de Batna) et le Foggara de « Beni Foughal » (d’Adrar), traduisant d’ailleurs le génie algérien à travers les siècles, l’esprit d’équité et de justice dans la répartition des richesses entre les membres de la société.

La pièce de monnaie représentera, elle, la figure d’Ahmed Zabana, premier martyr guillotiné en Algérie, c’est là « une autre symbolique historique qui parlera de l’atrocité du colonialisme dans toutes ses mesures », a conclu M. Benabderrahmane.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire