Cameroun: « Cette mesure est inédite et mérite d’être saluée »


Pr Tetanye Ekoe, membre de l’Ordre national des médecins du Cameroun.

Comment appréciez-vous le décret du président de la République concernant le relèvement de l’âge de départ à la retraite des fonctionnaires des corps de la santé publique ?

Ce geste du chef de l’Etat honore le corps de la santé dans son ensemble. De mémoire de médecin ayant servi sans interruption pendant 30 ans dans le corps de la santé comme clinicien et comme formateur de jeunes médecins, cette mesure est inédite et mérite d’être saluée. Ce décret montre que le chef de l’Etat a eu l’attention sur les conditions d’exercice de ce corps dont on peut reconnaître qu’il fait preuve de dévouement, de courage devant le danger, de résilience, de fidélité et de loyauté à l’égard de l’homme du 6 novembre 1982. Enfin, entend-on dire parmi les anciens et les jeunes du corps, « le chef de l’Etat a jeté son regard sur nous ». Ce n’est pas exagéré que de rappeler que ce corps, par sa manière de servir avec dévouement et désintéressement a porté dans toutes les parties du territoire national un message de fraternité avec les populations. L’unité nationale lui doit de ce point de vue sa part de contribution.

Qu’est-ce qui va concrètement changer en termes de qualité des services rendus ?

En vérité, ce décret est perçu comme le regard du chef de l’Etat sur la fin du parcours professionnel de ce personnel de santé. Il laisse néanmoins supposer que le regard du père de la nation va se porter sur l’entièreté de ce marathon professionnel, depuis son début jusqu’à son terme qui serait une retraite décente sur le plan matériel et moral. Nous serions heureux que le chef de l’Etat dans sa magnanimité complète son geste par la prise en compte des attentes d’un personnel qui s’estime insuffisamment rémunéré depuis les années 1990 et laissé pour compte pour de nombreuses préoccupations matérielles. Prolonger le marathon sans donner un peu d’eau à l’athlète est-il suffisant, entend-on dire parmi les jeunes et les vieux professionnels de ce corps.

Ce prolongement du départ à la retraite des personnels médicaux va-t-il changer les comportements de certains au regard de nombreuses plaintes des populations ?

Ce qui précède montre que ce prolongement du départ à la retraite ne peut à lui tout seul changer les comportements anti déontologiques et inacceptables de certains personnels de la santé, tant décriés par la population et par le ministre de la Santé publique lui-même. La politique d’humanisation des formations sanitaires, cheval de bataille de ce dernier, butte sur l’insatisfaction de ces doléances d’une part et d’autre part, sur la difficulté à faire exercer une discipline rigoureuse dans ce corps. Ce corps a besoin d’une discipline rigoureuse assise sur une armature faite d’avantages palpables et d’une déontologie forte. L’Ordre des médecins en principe porteur de cette déontologie peut difficilement franchir l’immunité de fait des médecins fonctionnaires. Il est donc temps que l’Etat offre une bonne carotte au personnel et en retour peut s’attendre à voir le bâton s’exercer naturellement sur le plan moral et déontologique. Prolonger l’âge de la retraite est louable mais le personnel de santé a montré sa capacité de résilience et attend que tout son parcours professionnel soit revalorisé.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire