Cameroun: Garoua – Un parc boisé en gestation


La pose de la première pierre du futur espace vert a eu lieu jeudi dernier.

Le dévoilement de la maquette du parc boisé de Garoua a laissé bouche bée tous les invités de la cérémonie de pose de la première pierre. Ici, c’est l’aménagement des lacs artificiels. Là, c’est la salle de fitness. A côté, ce sont les aires de jeux pour enfants. Plus loin, c’est l’espace de restauration situé à quelques mètres des terrains multisports. Couché sur le papier, le parc boisé de Garoua fait déjà saliver. Le visage que présentera cet ouvrage d’aménagement de l’espace urbain a été dévoilé jeudi dernier au cours d’une cérémonie présidée par le préfet de la Bénoué Oumarou Haman Wabi. Le balcon de l’immeuble de l’annexe de l’Imprimerie de Garoua qui abrite les bureaux de l’agence Sopecam et le premier étage de l’Hôtel la Bénoué en reconstruction offrent les plus belles vues du site.

Avec l’aménagement de cet espace situé entre le lycée classique et l’annexe de l’Institut français de la ville, le chef-lieu de la région du Nord s’apprête à franchir un saut qualitatif. Le parc sera bâti sur 185.835 m2. Sa construction est financée par le Programme C2D urbain capitales régionales, un instrument de financement de la France par le biais de l’Agence française de développement (AFD). 1,900 milliard de F environ, c’est le coût du projet qui sera exécuté pendant 14 mois par l’entreprise Sotcocog, l’une des sociétés qui réhabilite l’axe Garoua-Ngaoundéré.

Le bailleur de fonds était représenté par le représentant du coordonnateur national du Programme C2D capitales régionales. Les études architecturales du projet ont déjà été réalisées par un bureau d’études camerounais et belge. La conservation et la valorisation de l’espace naturel avec une dose de modernisme et d’innovation, c’est la ligne directrice du programme d’aménagement. Ce sera le premier projet phare que va conduire le maire de la ville de Garoua, le Dr Ousmaïla Mohamadou, en poste depuis le 2 mars dernier.

Le préfet de la Bénoué met la pression sur l’entreprise adjudicataire, appelée à exécuter le projet dans les règles de l’art et le respect des clauses contractuelles. S’adressant au nouvel édile de la ville, le représentant de l’Etat lui a rappelé qu’il avait trouvé une « ville belle » qu’il doit s’employer à rendre « plus belle encore ». Le maire à la fibre s’engage à mettre toute son énergie en œuvre pour que le parc boisé de Garoua soit opérationnel avant la Can 2022. Après Limbé avec son jardin botanique, Yaoundé et son « Bois Sainte Anastasie », Ngaoundéré et son « Bois Mardock », Garoua intègre le cercle des villes qui font de la préservation de la biodiversité et de la promotion de l’écologie l’un des axes de la politique de l’aménagement de l’espace urbain.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire