Cinéma : Le film « Djandjou » d’Abdoul Bagué sort en salle


Le réalisateur et producteur Abdoul Bagué a présenté son nouveau film intitulé « Djandjou », ce samedi 4 juillet 2020. D’une durée d’une heure 39 minutes, le film sera diffusé dans les salles du Ciné Burkina et de Ciné Sagnon jusqu’au 12 juillet.

Ce film a coûté 12 millions de francs CFA et sa réalisation s’est déroulée sur un mois. Il raconte l’histoire d’un jeune homme qui fait de petits boulots pour subvenir aux besoins de sa famille, qui n’arrive plus à joindre les deux bouts.

A la recherche de son gagne-pain, il tombe follement amoureux de sa nouvelle patronne, qui, elle aussi, succombe au charme de ce jeune homme. Cependant, pour une histoire de passé déshonorant, leur amour se heurte aux réalités africaines et va vite dégénérer.

Abdoul Bagué, réalisateur et producteur burkinabè

La leçon à tirer de ce film, selon le ministre de la Culture, Abdoul Karim Sango, est que « personne ne doit être condamné pour un passé. Et la véritable enseigne est que l’amour triomphe de tout ».

Et le réalisateur Abdoul Bagué d’ajouter : « C’est une histoire que tout citoyen lambda peut vivre et ce sont des faits qui arrivent dans notre société. Les gens ont un passé douloureux, très lourd. Mais ils se sentent renfermés parce que les autres ont un mauvais regard sur ce qu’ils ont eu à faire. C’est ce qui m’a inspiré, c’est le vécu de certaines personnes que j’ai voulu retracer ».


Le ministre de la Culture a exhorté les cinéphiles de Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso à aller suivre ce film. Il en a profité pour féliciter Zalissa Kanazoé d’avoir fait respecter les gestes barrières. Elle est la directrice générale de Kanazoé Services, une structure chargée de la distribution de films africains et de l’exploitation des salles de cinéma.

Ministre de la culture, Abdoul Karim Sango

Selon Abdoul Karim Sango, la diffusion de ce film ne serait pas possible sans l’aide de Kanazoé Services qui a facilité l’accès aux salles de cinéma dans le respect des consignes barrières.

« Kanazoé Services offre différents films africains au public, et permet au Burkina l’exploitation des salles de cinéma comme le Ciné Burkina, le Ciné Sagnon, le Palais de la culture Jean-Pierre-Guinguané et le Cenasa », explique Mme Kanazoé.

Il faut rappeler que la production des films burkinabè s’est affaiblie ces dernières années. « Notre mission aujourd’hui est de produire au minimum une dizaine de films par an, pour relever le défi du déficit de production locale », a confié Abdoul Bagué.


Dans son nouveau film « Djandjou », il y a des acteurs comme Arnaud Ouédraogo qui joue le rôle de Sam, le jeune étudiant séduisant ; Anna Ouattara qui a le rôle de Jackie, la patronne de Sam ; Fidel Compaoré qui joue le rôle du père de Sam ou encore Leila Tall qui représente la mère de Sam.

En plus de ce film, Abdoul Bagué a à son actif plusieurs autres comme « Non-loti » « Le dernier tir » ou encore « Albert, je voulais être prêtre ». Et il ne compte pas s’arrêter là.

Adjaratou Tall (stagiaire)

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire