Au Bénin, les médias en ligne doivent désormais obtenir une autorisation



Publié le :

La Haute Autorité de l’audiovisuel et de la communication du Bénin enjoint les médias en ligne à régulariser leur situation en demandant une autorisation, sous peine de sanctions. Dans un communiqué, la HAAC constate que de nombreux sites ne sont pas en conformité avec la législation, et qu’ils n’ont donc pas actuellement le droit de publier des contenus en ligne.

Chams Deen Badarou, promoteur de Guérite TV et président du réseau des patrons de WebTV au Bénin, salue cette décision, car selon lui, le secteur a besoin de régulation. Il demande une concertation entre les syndicats de médias et la HAAC pour définir les conditions d’obtention de cette autorisation administrative, et espère déjà que ceux qui avaient déposé leurs dossiers en 2018 auront enfin leur récépissé.

Si on doit faire l’état des lieux, aucun site internet ou aucun organe en ligne au Bénin n’a une existence légale. Et c’est d’ailleurs ce qui a poussé mes membres et moi, plus précisément en 2018, à déposer les dossiers pour se conformer. Nous n’avons pas eu de réponse jusqu’à ce jour. Mais à notre niveau, on valide cette décision de la HAAC. Pourquoi il y a la pagaille dans le domaine? Quelqu’un se lève avec un téléphone Androïd et il se dit qu’il a une chaîne télévision en ligne. Ça fait partie de nos luttes, c’est pour ça d’abord, on salue cette décision de la HAAC. Ça permettra de savoir qui est professionnel des médias ou pas. C’est important, mais parallèlement, il faut que la HAAC essaye de vider au moins le dossier qui est en instance: la reconnaissance légale de ces organes qui ont déposé leurs dossiers dans les temps, pour que ceux-là puissent quand même obtenir un récépissé et exercer le métier légalement. Nous devons faire ce travail ensemble. Il faut que la Haute Autorité de l’audiovisuel et de la communication associe ces responsables pour que nous puissions trouver un consensus.

Chams Deen Badarou, président du réseau des patrons de WebTV



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire