Cameroun: Reconstruction du Nord-Ouest et Sud-Ouest – Les attentes de la base


La restauration de l’autorité traditionnelle, le retour de la sécurité et la transparence dans l’identification des bénéficiaires figurent au rang des principales préoccupations des populations.

Deux semaines ! C’est le temps qu’il a fallu à l’équipe conduite par le coordonnateur national du Plan présidentiel de reconstruction et de développement du Nord-Ouest et du Sud-Ouest Paul Tasong, pour parcourir les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en vue de sensibiliser les populations sur l’importance de cette initiative du président de la République visant à poser les bases de la reconstruction de ces deux régions en proie à une crise socio-politique depuis la fin de l’année 2016.

Un séjour qui a permis d’indiquer les grands axes de cette opération qui va se dérouler avec l’appui de partenaires comme les Nations unies, dont le représentant-résident du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au Cameroun est co-président du Comité de pilotage. Mais les deux semaines de séjour dans ces deux régions ont également permis à Paul Tasong et à sa délégation d’écouter les doléances des populations locales.

Au premier rang de celles-ci, il y a la nécessité du retour à la paix. Elles sont en effet conscientes que sans elle, il sera difficile de reconstruire. Ce que n’a pas manqué de reconnaître le coordonnateur national du Plan présidentiel lors des échanges avec les délégations issues des différents départements des deux régions. Mais Paul Tasong a indiqué que la restauration de la paix est une fonction régalienne de l’Etat, les populations elles-mêmes doivent également contribuer à celle- ci.

Pour ce qui est des pouvoirs publics, le coordonnateur national n’a pas manqué d’indiquer tous les efforts déployés depuis plus de trois ans par le président de la République pour un retour définitif à la paix dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Une attitude qui demeure et qui porte des fruits, d’où la nécessité de penser à la reconstruction.

Autre préoccupation des populations, l’identification des bénéficiaires. L’on sait que dans le cadre de ce Plan, les pouvoirs publics vont œuvrer à la réhabilitation des habitations qui ont été détruites durant cette crise. Un besoin de transparence se fait sentir à ce niveau. Paul Tasong a indiqué que s’agissant spécifiquement de la réhabilitation des maisons détruites, le Plan va s’appuyer sur des requêtes qui lui seront présentées en la matière. Toutefois, une organisation est mise en place pour éviter des « infiltrations » qui pourraient permettre à des personnes qui n’en ont pas droit de profiter de ces efforts des pouvoirs publics. L’une des dernières préoccupations ici est la restauration de l’autorité traditionnelle. Comme on a pu le constater, du fait de cette crise, de nombreux chefs traditionnels ont quitté leurs villages pour trouver refuge ailleurs.

L’un des objectifs du Plan sera d’œuvrer au retour des chefs traditionnels dans leurs vil- lages respectifs. Un accompagnement qui devrait se faire par la restauration des chefferies, dont beau- coup ont été détruites durant la crise. S’agissant des projets collectifs qui vont nécessiter une réhabilitation, à l’instar des écoles, des routes, des marchés, des hôpitaux … il s’agit ici de la compétence exclusive du Plan présidentiel de reconstruction et de développement du Nord-Ouest et du Sud-Ouest qui va néanmoins tenir compte des priorités pour les populations locales .



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire