Direction générale de la LONAB : Simon Tarnagda passe la main à Patin-Déba Naza


Patin-Déba Naza est le nouveau directeur général de la Loterie nationale burkinabè (Lonab). La cérémonie de passation de service a eu lieu ce mardi 7 juillet 2020 à Ouagadougou, en présence du secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, Abel Somé.

Après trois ans passés à la tête de la LONAB, Simon Tarnagda, admis à la retraite en décembre 2019, cède le fauteuil de directeur général à Patin-Déba Naza, nommé en Conseil des ministres du 24 juin 2020. La passation de témoin s’est déroulée sous la présidence du secrétaire général du MINEFID, Dr Seglaro Abel Somé.

Le chiffre d’affaires a progressé de 46 milliards de francs CFA

Nommé en Conseil des ministres du 3 mai 2017, Simon Tarnagda aura passé trois ans à la tête de l’institution. Durant cette période, les résultats de la réorganisation de la LONAB, des gains, selon le directeur général sortant, sont satisfaisants. Il s’est agi de la mise en œuvre du plan stratégique qui était adopté mais qui n’était pas encore mis en œuvre, la charte graphique de la LONAB avec le renouvellement du logo de l’institution et des points de vente vétustes, l’acquisition d’un terrain pour parking avec un immeuble R+2 et de deux cars promo, etc.


Sur le plan du chiffre d’affaires, l’équipe de Tarnagda a également réalisé une performance remarquable. En trois ans, il a boosté les chiffres d’affaires de la nationale des jeux de hasard. « Au bout de trois ans, nous avons fait progresser le chiffre d’affaires de 46 669 371 000 F CFA, et le résultat de 8 409 710 377 », a indiqué le directeur général sortant. En effet, le bilan de 2019 affiche 156 552 310 700 francs CFA contre 109 882 939 700 F CFA pour l’exercice de 2016. « Tout le travail a permis de remplir la mission de la LONAB : soutenir l’Etat », s’est félicité Simon Tarnagda.

Pour lui, ces résultats sont à mettre à l’actif des travailleurs de la nationale des jeux de hasard.


Vers une digitalisation des produits de la LONAB

L’année 2020 se présente particulièrement difficilement pour la Loterie nationale burkinabè. En effet, la société a dû fermer boutique pendant deux mois à cause de la maladie à coronavirus. Selon M. Tarnagda, cet arrêt a fait perdre à la LONAB près de 27 milliards de francs CFA.

Pour combler ce manque, des défis se présentent au directeur général entrant et à son équipe. Il s’agit de la digitalisation, du pari mobile et du pari sur le net, des nouveaux jeux, des cadres de conception et de conservation de la certification, la croissance continue des performances, de l’hippodrome. Afin de relever ces défis, le soutien du personnel est nécessaire. « J’invite tous les travailleurs à la solidarité en mettant en avant l’intérêt de la LONAB. C’est à ce prix que les défis pourront être relevés », a-t-il conclu.


Un économiste remplace un autre

Simon Tarnagda a affirmé, après avoir présenté ses excuses à tous ceux qu’il a offensés dans l’exercice de ses tâches, qu’il part « le cœur complètement léger », parce qu’il ne garde pas rancune contre un collaborateur.

Recruté à la LONAB en 1986, il est admis à la retraite en décembre 2019. En quittant le poste de directeur général, Simon Tarnagda le cède à un autre connaisseur de la maison des jeux de hasard. En effet, Patin-Déba Naza est arrivé comme agent à la LONAB en 1990, nanti d’une maîtrise en économie obtenue en 1988 à l’Université de Ouagadougou.


La situation économique nationale est très difficile, il le reconnaît, et pour plusieurs raisons. « De manière insidieuse mais plus dangereuse, le secteur des jeux de hasard est infesté par la prolifération des jeux illicites et illégaux, véritable fléau pour notre économie toute entière. Il s’agit entre autres des machines à sous illégales et des jeux en ligne opérés sur notre territoire par des sociétés étrangères », a relevé le directeur général entrant.


Il a en outre ajouté que la configuration actuelle de notre offre de jeux est limitée, laissant inexploitées des niches entières. Aussi, cette offre présente de véritables vulnérabilités constatées avec l’arrêt de la commercialisation des paris hippiques qui a occasionné un manque à gagner de plus de 27 milliards sur les ventes prévisionnelles en seulement 58 jours.


Pour réussir sa mission, le directeur général entrant prévoit de mettre en œuvre le Plan stratégique qui comporte cinq valeurs et six axes. « Les sillons ont déjà été tracés. Nous allons les renforcer et les suivre pour réussir notre mission », a indiqué Patin-Déba Naza. C’est donc une nouvelle ère qui s’ouvre pour la LONAB.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire