La Thaïlande en passe de légaliser une “union pour tous”



Le gouvernement thaïlandais a adopté ce mercredi 8 juillet une loi autorisant une union entre personnes de même sexe, texte qui devra être approuvé par le Parlement. Si certains y voient une avancée de taille, d’autres entendent continuer de batailler en faveur d’un véritable “mariage pour tous”.

“La plupart mais pas tous les droits des couples mariés”, résume le Bangkok Post pour décrire le projet de loi sur l’union civile validé ce mercredi 8 juillet par le gouvernement du Premier ministre Prayut Chan-ocha. Une fois le texte adopté par le Parlement, la Thaïlande deviendra le premier pays d’Asie du Sud-Est à légaliser de telles unions (Taïwan a été le premier de toute l’Asie en 2019).

Si le texte est voté en l’état, ce PACS à la thaïlandaise garantira aux couples homosexuels – dont au moins un des deux conjoints devra être de nationalité thaïlandaise – la plupart des droits dont jouissent les couples hétérosexuels, y compris le droit d’adopter des enfants, de gérer conjointement des biens ou encore d’hériter de son partenaire. Mais ils n’auront pas accès à l’ensemble des pensions et allocations sociales de leur conjoint ou droit à certaines exonérations fiscales, précise le quotidien anglophone.

Opposition

Du côté du gouvernement, on se félicite de cette avancée. “Il s’agit d’une étape cruciale pour la société thaïlandaise en vue de promouvoir l’égalité entre les personnes de tous les genres”, a commenté Rachana Dhnadirek, une porte-parole du gouvernement, citée par le quotidien.

Mais le texte est loin de plaire à tout le monde, même si l’opposition la plus véhémente ne vient pas du camp anti-union homosexuelle. C’est, à en croire le Bangkok Post, dans le camp de ceux qui militent en faveur des droits LGBT qu’il faut chercher la plus forte mobilisation.

Plutôt qu’une “union”, ces derniers auraient souhaité qu’un véritable mariage pour tous soit officialisé. Un combat que le parti Kao Klai (Move Forward Party en anglais) s’apprête à mener au sein du Parlement. Pour Thanwarin Sukhapisit, députée transgenre de cette formation d’opposition, impossible de transiger :

Une union ne vaut pas un mariage.”

Source

Fondé en 1946, ce journal indépendant, en anglais et réalisé par une équipe internationale, s’adresse à l’élite urbaine et aux expatriés. Il est apprécié pour son sérieux et son impartialité dans le traitement et l’analyse de l’

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire