Agadir se prépare pour relancer l’activité et accueillir les touristes nationaux


Le tourisme marocain est considéré comme une véritable locomotive économique et sociale, il contribue à hauteur de 7 % au produit intérieur brut (PIB). La Confédération nationale du tourisme (CNT) a évalué l’impact de la crise Covid-19 sur le secteur touristique à MAD 34,1 Md de perte en termes de chiffre d’affaires touristique en 2020 et à MAD 14 Md de perte en termes de chiffre d’affaires pour l’hôtellerie, pour une chute globale de près de 6 millions de touristes (-98%), occasionnant une perte totale de 11,6 millions de nuitées. Pas moins de 500.000 emplois et 8.500 entreprises seraient menacés.
Pour sauver le secteur, le ministère de tutelle, les présidents des centres régionaux du tourisme et les professionnels ont proposé un plan de relance basé sur le tourisme national.

Agadir : mesures prises pour relancer l’activité touristique 
Sur la côte atlantique, Agadir est la destination balnéaire préférée des Marocains. Le Conseil régional du tourisme (CRT) d’Agadir Souss-Massa a révélé que l’année précédente durant le mois de juin, les visiteurs marocains ont occupé la première position, les arrivées touristiques ont été de l’ordre de 36.062. Les professionnels de la destination restent optimistes et préparent un plan de relance comptant sur les nationaux.
Le Secrétariat provincial du Parti de l’Istiqlal d’Agadir Ida-Outanane a réalisé une étude au sujet de la relance économique, qui a révélé que le secteur le plus touché par ordre d’importance est le secteur touristique à 95%. Cette étude a préconisé 44 mesures opérationnelles à décliner par les pouvoirs publics et le secteur privé en faveur des principaux secteurs d’activités pour un budget estimé à 1 MMDH. 15 mesures d’accompagnement ont été proposées pour le secteur touristique avec un budget de 500 MDH. Pour les pouvoirs publics et les collectivités territoriales, il s’agit de la mise en place d’un fonds de soutien à l’industrie touristique d’Agadir pour la sauvegarde des emplois en cette période de crise. L’étude propose, du côté du secteur privé, de préparer une offre sur mesure pour le tourisme national durant la période estivale et le lancement d’un vaste chantier de formation et de mise à niveau des compétences pour le personnel maintenu sur une période de 6 mois.  La pandémie a freiné la nouvelle stratégie « Promotion, aérien, produit et animation » du Conseil régional du tourisme (CRT) d’Agadir Souss-Massa, baptisée «stratégie touristique PAPA 2019-2021». L’objectif de cette stratégie est de relancer la destination Agadir et d’augmenter le nombre d’arrivées de 13 % pour atteindre 1,5 million de touristes en 2021 couplé à une augmentation du taux de nuitées de 12 %.
Le marché national vient en tête des marchés visés par la nouvelle stratégie avec l’objectif d’augmenter de 34% les arrivées, suivi du marché français (16%), le marché allemand (12%), et le marché anglais (9%). De même, la stratégie vise à augmenter le taux d’occupation de 65%.
La promotion permettra de renforcer l’attractivité de la destination, en se basant sur le digital en vue d’attirer plus de voyageurs, de promouvoir la destination et de fidéliser les clients.
Au niveau de l’aérien, le challenge sera d’accroître les fréquences et d’élargir la connectivité de la destination, d’augmenter les charters sur les marchés traditionnels, de renforcer la liaison Casablanca-Agadir, et de mettre une politique de co-marketing efficace. 
En ce qui concerne le produit touristique de la région, le CRT compte mettre en place une application mobile Visit Souss Massa et des kiosques d’informations sur place comme outils de communication améliorant l’expérience client .Enfin, l’axe animation vise principalement à faire d’Agadir Souss-Massa la destination la plus animée du Maroc. Ceci passera par la structuration et la valorisation d’événements authentiques spécifiques à la destination et ayant une connotation touristique forte.

Covid-19 : une occasion en or pour l’industrie touristique 
Devant cette crise sanitaire et la fermeture des frontières, le tourisme marocain n’a plus le choix que de changer de stratégie et prioriser la clientèle nationale. La pandémie a dévoilé les failles d’un secteur considéré comme vital pour l’économie marocaine mais qui se trouve paralysé par de multiples contraintes structurelles qui freinent son développement.
L’après-Covid est une occasion en or pour repenser le modèle actuel du tourisme marocain en vue d’en faire un levier de développement pour le Royaume. Des efforts doivent être déployés dans le sens d’assurer une meilleure gouvernance de l’industrie et une mise à niveau généralisée, c’est le moment pour le tourisme marocain de devenir un contributeur plus important aux objectifs de développement durable (ODD) énoncés dans le programme 2030.
 



libe

A lire aussi

Laisser un commentaire