Allégations sur les exécutions extrajudiciaires : La réponse du gouvernement burkinabè


Allégations sur les exécutions extrajudiciaires : La réponse du gouvernement burkinabè

Le 3 juillet 2020, le Ministère de la défense nationale, dans une adresse à l’ONG Human right watch, annonce la réponse du gouvernement concernant les allégations d’exécutions extrajudiciaires issues de témoignages de certains habitants. Pour le gouvernement il convient de nuancer pour prendre en compte les actions commises par les groupes armés terroristes, attribuées au forces de défense et de sécurité.

Vos commentaires

  • 1.

    Le 9 juillet à 12:56, par TANGA

    En réponse à : Allégations sur les exécutions extrajudiciaires : La réponse du gouvernement burkinabè

    On se demandait qui travaille ’’l’ONG Human right watch’’, mais on est en droit de se dire être bien fixé à présent.

    A la lumière de se qui se passe dans nos pays et surtout au Burkina, où on sait qui tue sans vergogne qui n’est pas comme lui, vous vous permettez d’accuser nos armées. HONTE à vous même si vous ne savez pas ce que cela veut dire ; depuis quand un terroriste ou son supporteur va reconnaitre avoir fait ou vu son ami faire ces massacres ? Vous le savez très bien que tant que ces terroristes auront des supporters, ces derniers sortiront dire que c’est l’armée qui a tué X ou Y.

    Mais avant tout, avez vous déjà rencontré les terroristes pour en savoir ? Vous qui les supportez.

    Répondre à ce message

  • 2.

    Le 9 juillet à 12:59, par Bao-yam

    En réponse à : Allégations sur les exécutions extrajudiciaires : La réponse du gouvernement burkinabè

    L’objectif de ces organisations est parfois d’affaiblir les États pour les mettre sous-tutelle de leurs parrains. On attend vos rapports détaillés sur des villes entières « levelled to the ground » (totalement détruites) par les bombardement américains et alliés en Irak, en Syrie, etc., sur les armements et la formation de groupes terroristes utilisés comme moyens de nuire à des adversaires étatiques. Combien de vies humaines y ont été détruites ? Un officier français qui a publiquement critiqué les méthodes de guerres qui faisaient beaucoup de victimes a simplement été réduit au silence. Si les USA ou la France étaient soumis aux attaques terroristes de la dimension de celles qui frappent le Burkina, il y a fort à parier que la réaction de l’armée burkinabè serait pâle en comparaison. Tout comme la CPI qui ne juge que les Africains, le droit-de-l-hommisme est devenu une arme idéologique de l’impérialisme occidental : on ferme les yeux sur les exactions de ces derniers et les ouvre sur celles alléguées des autres. Allez-y attraper les terroristes si vous savez où ils se cachent.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • 4.

    Le 9 juillet à 13:12, par Conscience du Faso

    En réponse à : Allégations sur les exécutions extrajudiciaires : La réponse du gouvernement burkinabè

    Voilà qui est clair comme eau de roche. HRW, il faut envoyer la même lettre aux chefs des groupes terrorismes pour leur demander des comptes sur les assassinats des civils non armés, les femmes dans les marchés, au puits, etc. Si vous ne le faites pas, votre travail n’est pas complet. Respect à la vie humaine !

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • 6.

    Le 9 juillet à 13:28, par Sidpassata Veritas

    En réponse à : Allégations sur les exécutions extrajudiciaires : La réponse du gouvernement burkinabè

    C’est bien que HRW se soucie du respect des droits humains comme une obligation à laquelle notre armée nationale est tenue.

    C’est bien d’interroger les populations et de relever tout cas suspect d’exaction et d’interpeller l’opinion internationale et mettre la pression sur l’armée du Burkina.

    - Mais, ce serait bien mieux de venir sur place et accompagner nos FDS sur le front pour voir qui fait quoi, afin d’aider à combattre les terroristes qui ne respectent les droits humains de personnes. Il faut venir sur place pour montrer comment on fait pour protéger les droits humains des milliers de déplacés internes qui souhaitent retourner chez eux pour cultiver leur champs et nourrir leurs enfants. C’est juste leurs droits à eux.

    - En plus j’aimerai bien savoir pourquoi, quand il y a des situations de violation des droits humains, certaines ONGs sont promptes à soupçonner nos militaires que les terroristes ? Pensent-elles que ces terroristes ont de grandes vertus morales et qu’ils sont là pour des œuvres caritatives et de protection des droits des personnes ?!

    - Une chose me laisse songeur : il y a des violations de droits humains aux USA et dans les capitales européennes, mais on n’entend jamais les ONGs internationales concernées évoquer ces pays dont elles sont originaires par ailleurs !

    - Nous ne prenons pas nos militaires pour des anges, mais eux aussi ont le souci de protéger les populations de leur nation : c’est cela leur mission première. S’il s’agissait de manœuvres visant à protéger un régime politique impopulaire contre sa propre population on comprendrait cet acharnement. Mais là il s’agit de combattre de vicieux terroristes pour qui tous les moyens sont bons pour brouiller les pistes et provoquer la paralysie ; on peut et on doit tout de même hésiter dans ce cas à mettre facilement les exactions sur le dos des militaires.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire