Burkina Faso: Agriculture biologique – 262 millions destinés au projet PISCCA


L’Ambassadeur de la France au Burkina, M Luc Hallade a présidé le lancement des Projets innovants de la société civile et des coalitions d’acteurs (PISSCA), le 08 Juillet 2020 à Ouagadougou. Huit associations ont bénéficié d’une subvention de 262 millions de FCFA.

Le fonds des Projets innovants de la société civile et des coalitions d’acteurs (PISCCA) est lancé. Huit associations ont été retenues pour bénéficier de ce fonds afin de mettre en œuvre leurs projets.

L’Ambassadeur de la France au Burkina Faso, M Luc Hallade a félicité les associations attributaires, pour leurs projets novateurs qui contribueront à l’épanouissement du secteur de l’agriculture écologique du Burkina Faso.

Les bénéficiaires sont composés de l’Association Songtaab-Yalgre, l’Association Manegdbzanga, l’Union Nationale des sociétés coopératives de Manioc du Burkina (UNTM/Burkina), l’Association d’appui aux personnes vulnérables et à l’insécurité alimentaire (2APV), l’Association béo nééré agroécologie, l’Association Jeunesse et entreprenariat, Eco-génération et la Fondation enfants pour Dieu.

En effet les objectifs spécifiques de ce projet Piscca consistent à contribuer au renforcement du secteur de l’agro-écologie urbaine et péri-urbaine en donnant une meilleure visibilité aux acteurs de la société civile, à participer au développement durables des territoires des communes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso , concourir à la sensibilisation de la filière (du producteur au consommateur) pour une alimentation saine et protectrice de l’environnement et à favoriser la sécurisation alimentaire des ménages urbains, particulièrement les plus vulnérables.

Quant au maire de la commune de Ouagadougou, Armand Béouindé, il a salué l’initiative du fonds PISCCA .Il a également invité les associations bénéficiaires à travailler dans le sens de l’épanouissement du secteur de l’agriculture écologique.

La présidente de l’association Songtaab-Yalgre, Nicole Ouédraogo l’une des bénéficiaires a exprimé sa joie face à la subvention de leur projet qui est basé sur la production intensive biologique et transformation de moringa dans les communes de Ouagadougou et Bobo Dioulasso.

« Nous voulons saisir l’opportunité de développer une activité économique à travers la production de graine et de feuille de moringa avec les femmes du villages », a ajouté Mme Ouédraogo.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire