Afrique: Football – Prix Marc-Vivien Foe : Que sont devenus les anciens récipiendaires?


Le Prix Marc-Vivien Foe récompense depuis 2009 le « meilleur joueur africain de Ligue 1 », le championnat d’élite en France, en mémoire du footballeur camerounais décédé sur le terrain en 2003.

Pour cette saison qui vient de s’achever, sans grande surprise, c’est le jeune attaquant Nigérian de Lille, Victor Osimhen qui a raflé la mise. Osimhen est ainsi récompensé de sa première belle saison avec le club nordiste. L’ancien de Charleroi a inscrit 14 buts en championnat avant l’arrêt des compétitions. L’attaquant de Lille a obtenu 284 voix devant l’Algérien Islam Slimani de Monaco (95 voix). Le Marocain Yunus Abdelhamid (Reims) complète le trio de tête avec 89 votes. Il succède ainsi à l’Ivoirien Nicolas Pépé. Intéressons-nous au parcours des anciens récipiendaires de ce prix qui, année après année, gagne en prestige et sert véritablement de tremplin pour la future carrière des récipiendaires.

2014 : Vincent Enyeama (Lille/Nigeria) – Gardien de but

Auteur d’une saison exceptionnelle avec Lille, au cours de laquelle il a gardé ses cages inviolées pendant 1062 minutes, soit près de douze matchs d’affilée, le gardien de but nigérian Vincent Enyeama, 31 ans, a remporté le prix Foe, en succédant au Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang. Il devient ainsi le premier gardien de but et le premier joueur originaire d’un pays non francophone à remporter le prix. Au classement, le capitaine de l’équipe du Nigeria a devancé cette année-là le défenseur ivoirien Serge Aurier (Toulouse FC) et l’international camerounais Henri Bedimo (Olympique Lyonnais). Enyeama commence le football au Nigeria où il se lance dans une carrière professionnelle.

Il signe un contrat professionnel dans le club d’Ibom Stars et devient vite titulaire malgré son jeune âge, marquant au passage un but. Deux ans plus tard, il signe à l’Enyimba avec qui il jouera 4 ans et 100 matchs. C’est pendant cette période qu’il connaît ses premières sélections, étant même sélectionné pour la Coupe du monde 2002 en tant que remplaçant d’Ike Shorunmu. Il est recordman du nombre de sélections avec l’équipe nationale du Nigeria. Le 26 juin 2020, l’Iris Club de Croix annonce officiellement l’arrivée d’Enyeama, en tant qu’entraîneur des gardiens U16. Juste avant cette arrivée, l’ancien gardien Lillois a mis un terme à sa carrière professionnelle.

2015 : André Ayew (Marseille/Ghana) – Attaquant

L’attaquant ghanéen de Marseille, André Ayew, a remporté le prix Marc-Vivien-Foé du meilleur joueur africain du Championnat de France en 2015. L’ancien joueur de l’OM avait devancé au classement l’attaquant ivoirien Max-Alain Gradel (Saint-Etienne) et le défenseur tunisien Aymen Abdennour (Monaco), succédant au palmarès, au gardien nigérian de Lille, Vincent Enyeama. L’international ghanéen avait échoué plus tôt cette saison, en finale de la Coupe d’Afrique des nations face à la Côte d’Ivoire. En 2015, il a joué vingt-sept matches du championnat de France (dont vingt-six comme titulaire) et inscrit dix buts. A la fin de cette saison et de son sacre, André Ayew quittait Marseille son club formateur, pour rejoindre le club de Swansea en première league anglaise.

2016 : Sofiane Boufal (Lille/Maroc) – Attaquant

C’est l’international marocain de Lille, Sofiane Boufal, qui remporta le prix Marc-Vivien Foé 2016. A 22 ans, l’ancien lillois, auteur d’une saison remarquable malgré quelques blessures, avait inscrit onze buts et réussi cinq passes décisives. Des performances qui avaient permis à son club de viser l’une des places qualificatives pour la Ligue Europa. Il succéda au palmarès à André Ayew. Pisté par de nombreux grands clubs européens, Boufal quitta lui aussi le championnat de France, pour rejoindre le championnat anglais où il s’engagea pour cinq ans avec le club de Southampton.

2017 : Jean Michael Seri (Nice/Côte d’Ivoire) – Milieu

Grand dépositaire du jeu de l’OGC Nice et auteur d’une saison pleine, l’Ivoirien Jean Michaël Seri a été désigné en cette année 2017 comme le lauréat du prix Marc-Vivien Foé. L’Aiglon succéda au Marocain Sofiane Boufal et rejoignit son compatriote Gervinho (sacré en 2010 et 2011) parmi les Ivoiriens lauréats. Avec ses six buts et dix passes décisives cette année-là, l’Eléphant faisait figure de favori et c’est sans surprise qu’il fut plébiscité pour devancer l’Algérien de Montpellier Ryad Boudebouz et le Camerounais de Lorient Benjamin Moukandjo. En juillet 2018, Seri quittait à son tour le championnat de France et s’engagea en première league anglaise avec le club de Fulham. Il joue actuellement dans le championnat turc où il est prêté au Galatassaray SK.

2018 : Karl Toko Ekambi (Angers/Cameroun) – Attaquant

Auteur de dix-sept buts cette saison en championnat avec Angers, l’attaquant Karl Toko Ekambi a devancé le Tunisien Wahbi Khazri et le Burkinabè Bertrand Traoré pour remporter le Prix Marc-Vivien Foé 2018. Comme un symbole, il est le premier Camerounais à mettre la main sur cette récompense qui porte le nom de son défunt compatriote. Au terme de cette grande saison, il s’engage pour 5 ans avec le club espagnol de Villarreal. En Liga espagnole, son bilan est de vingt-quatre buts et dix passes décisives en soixante-deux matchs disputés en dix-huit mois. En janvier 2020, Karl Toko Ekambi revient en ligue 1, rejoignant Lyon sous la forme d’un prêt assorti d’une option d’achat à l’issue de la saison.

2019 : Nicolas Pépé (Lille/Côte d’Ivoire)

C’est par un plébiscite, une victoire écrasante que Nicolas Pépé remporta le prix du meilleur footballeur africain du Championnat de France (Ligue 1) 2018-2019 en recueillant davantage de points (379) que les dix autres nommés (315 points).

L’ancien attaquant de Lille devança ainsi nettement Wahbi Khazri (AS Saint-Étienne), deuxième comme en 2018. Le Sénégalais Ismaïla Sarr (Stade rennais) compléta le podium. Au terme de sa très grande saison qui le mit sous les feux des projecteurs, les grands clubs européens voulaient tous s’attacher les services du talentueux Lillois. C’est ainsi qu’en août 2019 le club d’Arsenal signa l’Ivoirien un contrat de cinq ans pour un montant record de 80 millions d’euros pour le club londonien.

En conclusion, on peut retenir que ce prix est une formidable rampe de lancement pour la carrière des récipiendaires. Tous les vainqueurs du Prix Marc-Vivien Foe ont fini par quitter le championnat de France après leur sacre, pour rejoindre des clubs et des championnats plus lucratifs.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire