Aux États-Unis, la nouvelle directive sur les visas inquiète les étudiants kényans



Publié le :

Les étudiants étrangers dont les cours universitaires se déroulent désormais uniquement sur internet en raison du coronavirus sont priés de quitter les Etats-Unis. Une décision lourde de conséquences, notamment pour de nombreux étudiants kényans inscrits dans des universités américaines.

Avec notre correspondante à Nairobi, Charlotte Simonart

Ils sont plus de 4 000 étudiants kényans aux Etats-Unis, aujourd’hui potentiellement concernés par cette nouvelle directive. Moffat Juma, étudiant en Alambama depuis 2 ans, s’inquiète pour son avenir.

« Quitter les Etats-Unis signifierait pour moi abandonner mes études et renoncer à mon rêve d’être diplômé en Amérique. Nous sommes tous dans une situation précaire sans savoir ce que nous devons faire exactement ni ce qu’il va nous arriver. Depuis mi-mars, il y a eu beaucoup de nouvelles règles pour tenter de chasser les étrangers du pays. Cela m’inquiète beaucoup. »

Si leur université ne propose désormais que des cours en ligne, ils ont alors deux mois pour quitter le territoire américain. Mais comment et quand pourront-ils revenir aux Etats-Unis pour finir leurs études ? Autant de questions aujourd’hui en suspens pour Gilbert Makomere, étudiant à l’université d’Oklahoma.

« Ils doivent revoir leur décision et prendre en compte les circonstances actuelles. C’est injuste. Comment voulez-vous quitter le pays alors que les frontières sont fermées ? Et même si nous arrivions à trouver un vol pour rentrer chez nous, nous devrons revenir peut-être au printemps lorsque les cours reprendront. Cela va nous couter cher. »

Des associations d’étudiants étrangers crient à l’injustice et redoutent que beaucoup abandonnent leurs études alors que l’accès à internet et à des infrastructures adéquates se révèlent très inégalitaires d’un pays à l’autre.



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire