Cameroun: Action de grâce – Marcel Niat Njifenji dit merci


Un culte d’action de grâce pour sa santé retrouvée et la bienveillance du Seigneur à l’égard de sa famille, organisé hier.

C’est un homme debout, en santé, et prêt à relever les nombreux défis liés à sa charge, qui a pris place hier à la paroisse de l’Eglise évangélique de Famngo à Bangangté, département du Ndé. A l’occasion d’un culte d’action de grâce organisé pour reconnaître et célébrer les bontés et les bienfaits du Très-Haut dans sa vie et celle de sa famille. Le président du Sénat, Marcel Niat Njifenji, avait à ses côtés son épouse, Marcie Niat, de nombreuses autorités tant administratives que politiques, des parlementaires, des magistrats municipaux, etc.

L’officiant principal du troisième culte de ce dimanche, le pasteur Luther Nantchouang Ngomedje a utilisé la parabole du semeur, tirée de l’évangile de Matthieu 13 : 1-23, dans les Saintes Ecritures, pour exhorter les fidèles à être la bonne terre, celle qui est fertile et qui produit du fruit, digne de la repentance. « La foi vient de ce qu’on entend. Quand vous écoutez, retenez et mettez en pratique la parole de Dieu, vous êtes la bonne terre. Vous produisez du fruit pour la gloire de Dieu et votre bien personnel. Et pour être la bonne terre, vous devez obéir à la parole de Dieu », a-t-il révélé.

L’homme de Dieu s’est réjoui de voir le président du Sénat en santé. Pour le berger, c’est la preuve que le Seigneur a exaucé ses prières et a agi dans la vie de celui qui est ancien d’église à l’EEC. Il a également saisi cette opportunité pour stigmatiser les fléaux tels que le tribalisme et la corruption qui doivent être combattus et a encouragé les fidèles à être unis, pour bâtir un Cameroun émergent grâce à la parole du Très-Haut. Pour Eric Niat, fidèle de l’EEC, ce culte d’action de grâce se justifie par le fait que le président du Sénat est content de revenir parmi les siens. « Vous savez qu’il a été malade et est resté longtemps à Yaoundé et même hors du pays. Aujourd’hui, il est content d’être revenu au village. Vous savez aussi que la famille a perdu des membres, c’est donc un moment de recueillement dont il avait besoin pour se ressourcer, afin de reprendre des forces et rentrer à Yaoundé accomplir les tâches pour la République », confie Eric Niat.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire