Cameroun: Emplois jeunes – L’élevage d’escargots pisté


Une formation y relative a été organisée à Yassa les 9 et 10 juillet par l’Arydel.

L’Association des ressortissants de Yassa pour le développement local (Arydel) a organisé, les 9 et 10 juillet, une session de formation à l’élevage des escargots (héliciculture) à l’intention d’une centaine de jeunes de la localité à l’institut supérieur La Perle. Au programme de cette session de formation présidée par le sous-préfet de Douala III, Mvogo, des modules théoriques dont la culture entrepreneuriale, l’intelligence économique, les races et variétés d’escargots, la construction des escargotières, l’hygiène et la santé des escargots, leur régime alimentaire, leur récolte, exploitation et conservation, le marketing de vente… et un module pratique, la visite des escargotières pour toucher du doigt la réalité de cette activité.

Pour le président de l’Arydel, Robert Ngangué, il s’agit d’autonomiser les jeunes de Yassa afin qu’ils puissent se prendre en main, et les accompagner dans des activités génératrices de revenus. Et les escargots sont une véritable source de revenus. Leur chair est particulièrement appréciée des connaisseurs. Riche en protéines, calcium et en fer, elle contient tous les acides aminés indispensables au corps humain. Sa bave sert dans l’industrie cosmétique et la pharmacie, sa coquille écrasée aussi peut servir dans les aliments pour volaille ou être utilisée pour améliorer la qualité des sols acides dans les bassins de pisciculture.

C’est dire tout le profit que les jeunes de Yassa ont à tirer de cette formation. Le président de l’Arydel, tout en leur annonçant la multiplication de partenariats avec les services déconcentrés de l’Etat, leur a également promis que d’autres formations suivront, pour qu’ils puissent faire du canton Yassa et de la ville de Douala les premiers bassins de production d’escargots. Un véritable défi à relever qui passe cependant par une totale remise en cause de leurs habitudes et mentalités.

Le sous-préfet de Douala II, qui également pris part à cette session de formation, a remercié l’Arydel pour avoir pensé à la formation des jeunes, et a appelé ces derniers à plus d’efforts et de persévérance. Il n’y a pas de sot métier, il n’y a que des sottes gens, leur a-t-il dit. « Profitez de cette occasion et surtout ne la sous-estimez pas, elle est importante et porteuse de richesse, multipliez les formations et élargissez votre horizon », dira Dr Bidja. A l’issue des deux jours de formations, les dix premiers lauréats ont chacun reçu 100 000 francs pour le démarrage de leurs escargotières.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire