Marche Lamuka: le Gouvernement condamne la violation de l’état d’urgence et la volonté « délibérée » d’exposer la population au COVID-19


Le Gouvernement condamne la violation de l’état d’urgence sanitaire et la volonté « délibérée » des organisateurs des marches d’hier lundi 13 juillet 2020 d’exposer la population à la pandémie COVID-19 qui se vit à travers le pays. C’est ce qu’a déclaré le vice-Premier en charge de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières après réunion autour du Premier ministre.

Gilbert Kankonde déclare que le Gouvernement réitère sa décision de voir les auteurs de ces actes interpellés et traduit en justice. Aucun bilan n’a été donné à propos des manifestations d’hier. Le VPM en charge de l’Intérieur a félicité la police pour son professionnalisme sur terrain.

« En ce qui concerne l’évaluation de marche de ce jour, les participants après avoir entendu le rapport Monsieur le vice-Premier ministre, ministre de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières et des responsables de services de sécurité : 1. condamne la violation d’état d’urgence décrété par son excellence le président de la République, chef de l’État et la volonté délibérée des organisateurs à exposer la population à la contamination au Coronavirus. 2. Réaffirment la décision prise précédemment de voir les auteurs des pareils actes être interpellés et traduit en justice. 3. Prennent acte de l’annulation des marches dans certaines provinces par respect à l’état d’urgence. Il en est de même de celles qui se sont carrément abstenus. 4. Félicitent la police nationale congolaise pour son professionnalisme ayant caractérisé ses action sur terrain dans l’accompagnement de sa mission de maintien de l’ordre public et de protection de la population et leurs biens. », a dit Gilbert Kankonde, dans le compte rendu de cette réunion.

Par ailleurs, les participants à cette réunion félicitent ceux qui ont choisi de reporter leurs manifestations par respect à l’état d’urgence sanitaire et ont invité la coalition CACH-FCC à examiner toutes les questions qui divisent.

« S’agissant des manifestations publiques projeter mardi 14 juillet 2020, les participants : 1. Prennent acte du report de cette marche annoncé dans le communiqué du FCC de ce jour par respect à l’état d’urgence sanitaire. 2. Réitèrent l’invitation à une réunion inter-institutionnelle au sommet afin d’examiner les questions d’intérêt national qui divisent et de se convenir sur des voies et moyens d’apaiser les tensions sociales et de consolider la cohésion nationale autour de l’idéal commun, celui du salut de la République. 3. En appellent également à la tenue des réunions au sein de la coalition au pouvoir pour examiner toutes les questions qui divisent les mêmes de celle-ci.4. invitent la population à cultiver l’esprit de paix et à vaquer normalement à ses occupations. »

Les ministres de la Décentralisation et Réformes institutionnelles, de la Communication et Médias, de Droits humains, de la Défense, le vice-ministre de la Justice, le Commissaire général de la police, le gouverneur de Kinshasa ainsi que les hauts responsables des services de sécurité civile et militaire ont également pris part à cette réunion.

Les leaders de la coalition Lamuka avaient appelé à des manifestations « pacifiques » ce lundi 13 juillet pour protester contre la désignation de Ronsard Malonda à la tête de la CENI et également les trois propositions des lois introduites par les députés nationaux Aubin Minaku et Garry Sakata sur les réformes judiciaires. Des milliers manifestants ont répondu à cet appel mais la marchés à été dispersée dans plusieurs villes à coup de gaz lacrymogène.

Auguy Mudiayi



actualitecd

A lire aussi

Laisser un commentaire