Cameroun: Maroua 1er – Opération mains propres


Depuis l’apparition du Covid-19, cette activité est devenue le ticket d’accès dans tous les lieux publics de cet arrondissement de la région de l’Extrême-Nord.

A Maroua 1er, Covid-19 oblige, il faut montrer patte blanche avant de frôler le sol du territoire de cet arrondissement qui, en fait, est la porte d’entrée de la région de l’Extrême-Nord. D’abord, dès le carrefour Gacklé, c’est un dispositif particulier qui vous accueille. Ici tous les passagers entrant comme sortant de la ville de Maroua sont obligés de descendre du véhicule. En dehors de l’identification habituelle, les forces de l’ordre exigent le port systématique du masque, le lavage systématique des mains et la prise de température avant de traverser la barrière.

« Nous l’avons décidé ainsi pour éviter que le virus ne pénètre dans notre arrondissement », explique Ahmadou Hamidou, maire de Maroua 1er. A la question de savoir pourquoi un accent particulier est mis sur le lavage des mains, le magistrat municipal explique : « Les gens sont en mouvement permanent et ils touchent à beaucoup de choses lors de leurs déplacements. Les poignées de portes de véhicule, les billets de banque, bref ce sont les mains qui sont les plus exposées pour répendre le virus ».

Loin de ce carrefour stratégique à l’entrée de la ville de Maroua, c’est le même scénario dans la ville. La mairie a installé le dispositif de lavage des mains aux entrées des marchés, des mosquées, des églises, des écoles, des bureaux administratifs, des chefferies, des bars et même devant certains domiciles privés. Quand ce n’est pas la mairie qui l’a installé, les populations, les plus averties, s’inspirent des actions de la municipalité pour le faire. « Nous sensibilisons nos populations à se laver les mains autant que possible parce qu’on ne sait pas par où le virus peut venir », poursuit le maire. Fort heureusement, le geste rencontre l’adhésion des populations. «

C’est vrai que parfois l’on trouve des dispositifs où le savon est très sale et désagréable à toucher et cela décourage parce qu’on a peur qu’en cherchant à éviter le virus, on l’attrapé », s’inquiète Farida, habitante de Maroua. Mais Soterine Tsanga, spécialiste en communication de risque à l’OMS rassure que « le virus ne peut pas résister sur le savon. Qu’il soit sale ou propre, il n’est pas dangereux. Donc, il n’y a aucun risque d’attraper le virus en se lavant les mains au savon », rassure-t-elle. Cette mesure barrière, signalons-le, vient accompagner une autre batterie des mesures à savoir : le port du masque qui est régulièrement contrôlé par les forces de maintien de l’ordre à travers la ville, la distanciation physique, la visioconférence.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire