Cameroun: Examens officiels – La dernière ligne droite


Enseignants et élèves mettent les bouchées doubles en cette veille des épreuves pour relever le niveau des apprenants.

Le top départ des examens officiels est annoncé pour la semaine prochaine notamment avec le Baccalauréat de l’enseignement général. Si la suspension des cours liée à la pandémie du Covid-19 en mars dernier a quelque peu désarçonnée certains élèves, tout est mis en œuvre pour relever le niveau des apprenants. Dans les établissements scolaires, les responsables qui tiennent au succès éclatant de leurs candidats aux différentes épreuves mettent les bouchées doubles. Au lycée bilingue de Nkol-Eton à Yaoundé, depuis le 1er juin dernier, date de la reprise des cours, l’établissement a opté pour les travaux dirigés et pratiques, question de maintenir les sens en éveil. Hier, en Form V Science. Les élèves qui vont présenter d’ici peu le G.C.E O Level, l’équivalence du BEPC en français suivent le cours d’informatique ou plutôt révisent les dernières notions basées sur des sujets type examen. Et ce, sous l’encadrement de leur enseignant qui n’hésite pas à corriger les lacunes de certains. Tous ont le cœur à l’ouvrage et la main sur le clavier devant l’écran d’ordinateur.

Pour le proviseur, Mme Mohamadou G. Kingui, ces apprenants sont déjà « très bien outillés » pour affronter les épreuves. « On leur a donné des conseils sur comment apprendre leurs leçons et les mémoriser. Les travaux pratiques leur ont permis de toucher du doigt les différents sujets qu’ils avaient à leur portée et jusqu’aujourd’hui nous avons des enseignants qui continuent à les encadrer en corrigeant les différents exercices des examens passés », indique le chef d’établissement. Même son de cloche à l’école primaire privée PI and JU, ici le programme est achevé, mais les révisions d’anciennes épreuves d’examens se poursuivent afin de préserver le niveau des élèves. « Avec la pandémie du Covid-19 qui a entraîné la fermeture des écoles, le niveau des apprenants avait chuté. Heureusement qu’avec la reprise des cours, l’on a réussi à les mettre à niveau à travers des exercices. Et actuellement ils sont prêts à affronter le First School Leaving Certificate (FSLC) », assure Roger Amama, enseignant. Du côté des candidats, certains sont déjà passés à la vitesse supérieure.

A l’Office du baccalauréat du Cameroun (OBC) à Yaoundé, tout est fin prêt. Le matériel et les épreuves sont déjà entreposés dans les dis régions du pays. Les personnels désignés pour superviser les examens (Chefs des secrétariats, chargés de missions et leurs assistants) sont également déjà mobilisés avec les moyens et tout le nécessaire. « Toutes les dispositions ont été prises. Le matériel est sur le terrain, les épreuves aussi. Tout ce qui est administratif en termes de désignation des chefs de centre et des chargés de mission aussi », assure un responsable de l’OBC. Ibrahim Amadou, élève en classe de Terminale C au lycée bilingue de Mendong, a des séances de révision avec ses camarades pendant les heures creuses à l’établissement et aussi à la maison. « Nous n’avons plus assez de temps. Les examens approchent à grande vitesse. Nous composons le Bac à partir de mardi prochain. Raison pour laquelle nous sommes obligés de travailler davantage afin de réussir à notre examen », confie l’élève, visiblement anxieux.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire