Cameroun: Métiers du numérique – 30 000 jeunes ciblés


C’est à la faveur du projet Digital Youth Service Center dont la phase pilote a été lancée vendredi à Yaoundé par le Minjec, Mounouna Foutsou.

C’est un projet novateur qui vise à sortir 30 000 jeunes Camerounais du chômage et à les enrôler dans l’exploitation et la fourniture des biens et services du numérique.

Le lancement de la phase pilote de ce projet dénommé Digital Youth Service Center (Dysc) s’est déroulé vendredi en présence du ministère de la Jeunesse et de l’Education civique (Minjec), Mounouna Foutsou.

C’était au cours d’une cérémonie courue à laquelle prenaient part, des autorités administratives et de nombreux jeunes au Centre multifonctionnel de promotion des jeunes de référence de Yaoundé, sis au quartier Madagascar. Le projet Dysc circonscrit dans sa phase pilote à Yaoundé et Douala, rentre dans le cadre du Plan triennal spécial-jeunes.

Il vise à contribuer durablement à l’insertion socio-économique de 30 000 jeunes des deux sexes, âgés de 15 à 35 ans et porteurs de projet dans le numérique.

A date, dans sa composante inclusion financière, le projet Dysc a déjà assuré le réarmement moral, civique et entrepreneurial de 12 000 jeunes soit 700 à Douala et 500 à Yaoundé. Parmi eux, 500 ont déjà bénéficié des financements.

Dans les détails, le Dysc ambitionne d’installer des jeunes dans les kiosques multiservices. « A chaque kiosque seront rattachés plusieurs jeunes qui feront dans les métiers divers du numériques, notamment le dépannage des téléphones, la vente des accessoires de téléphones, de crédits téléphoniques et des transactions mobile money », a indiqué Gilles Nfon, chargé du projet.

Dans un deuxième temps, les kiosques Dysc serviront de vitrine ou de marché virtuel à d’autres jeunes installés dans d’autres projets du Programme d’appui à la jeunesse rurale et urbaine (Pajer-U) et également à tous ceux qui ont des services à offrir et qui adhèrent à la plateforme dudit projet.

Enfin, la plateforme Dysc permettra d’interconnecter les jeunes entre eux avec les consommateurs de leurs produits.

Avec le contexte de restriction lié à la pandémie de Covid-19, à partir de cette plateforme, il sera désormais possible d’acheter et de se faire livrer une bouteille de gaz sans se déplacer ou encore de commander des plats à domicile ou au bureau, ou même encore de solliciter les services à tout moment d’un électricien ou d’un plombier en cas de désagrément.

Pour les jeunes désireux se faire enrôler dans le projet, il leur est demandé de s’inscrire à l’Observatoire national de la jeunesse (Onj) ou auprès des centres multifonctionnels de promotion des jeunes, unités techniques de l’Onj.

« Ce projet vient consacrer la nécessité d’insufler un nouveau souffle à l’économie camerounaise notamment le volet numérique », a indiqué le Minjec. La phase pilote du projet Dysc a été implémenté par le Pajer-U sous le label de la plateforme Afrikpay.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire