Cameroun: Régions militaires interarmées No2 et No 5 – Le général Meka boucle son inspection


Le général de corps d’armée, chef d’état-major des armées a fait le point de ses quatre jours de contrôle opérationnel ce vendredi 17 juillet à Douala.

Le chef d’état-major des armées (Cema), le général de corps d’armée René Claude Meka a bouclé par Douala vendredi 17 juillet, le contrôle opérationnel qu’il a effectué dans les Régions militaires interarmées (Rmia) n°2 et n°5. Quatre jours d’inspection qui auront mené le Cema et d’autres hauts responsables des forces de défense à Douala, Buea et Bamenda. Il était question, globalement, d’évaluer la situation sécuritaire sur le terrain. Dans les installations de la Rmia 2 à Bonanjo-Douala vendredi dernier, le Cema a conduit une réunion à huis clos, sorte de débriefing de sa mission.

« Comme je le fais souvent, je suis descendu sur le terrain effectuer des contrôles opérationnels, pour m’assurer que la situation est bien en main, et que nos hommes n’ont pas de problèmes particuliers », a déclaré le Cema à la presse, à l’issue de la rencontre à huis clos. Le général de corps d’armée rappellera que le présent contrôle survient au lendemain d’un changement de responsables à la tête des régions militaires dans le Sud-Ouest et le Nord-Ouest. « Et cela nécessitait un certain recadrage », précisera René Claude Meka. « Vous savez, quand un chef prend la suite d’un autre, il y a une espèce de petit temps mort, le temps que tout le monde se mette dans le bain », expliquera-t-il.

Concrètement, il s’agissait de s’assurer que « les consignes ont été bien passées, et que tout marche bien », et de donner des instructions particulières pour d’éventuels correctifs à apporter à l’action sur le terrain. Dans la foulée, le Cema a apprécié la bonne collaboration des populations, qui adhèrent au combat de l’armée pour la protection et la sécurisation du territoire, spécialement à travers la création de comités de vigilance.

Durant cette descente à travers les Rmia 2 et 5 entamée le 14 juillet dernier, le chef d’état-major des armées était accompagné par de hauts responsables du commandement militaire. Notamment le chef d’état-major de l’armée de terre, le général de division Baba Souley, le général de brigade Elokobi Ndjock, directeur central de la Coordination de la gendarmerie nationale, le général de brigade Mahamat Ahmed Kotoko, commandant du Corps national des sapeurs pompiers, et d’autres proches collaborateurs de l’état-major.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire