Bah Oury sur la grogne à Kankan : « Ce Pouvoir doit savoir que son temps est fini… » | Africa Guinee


CONAKRY- L’opposant Bah Oury vient de s’exprimer sur la grogne sociale qui secoue la région de la Haute Guinée. Le tout nouveau président du parti Union des démocrates pour la renaissance de la Guinée (UDRG) soutient que ce réveil de conscience qui s’empare des jeunes de la Haute Guinée doit interpeller le pouvoir actuel afin qu’il sache son temps est fini.

« Je pense que les jeunes de la Haute Guinée ont pris conscience que pendant ces années ils ont été dupés, ils ont été pratiquement trompés, trahis  dans leurs espoirs. Ils sont révoltés par la manière ostentatoire qu’un petit groupe de privilégiés étale des richesses accumulées au détriment du contribuable guinéen. Donc il y a tout ceci qui accentue la frustration collective. La grande majorité de la population sombre dans la pauvreté et quelques-uns accumulent les richesses et se croient les plus bénis alors que fondamentalement ils sont au pouvoir par le biais de ceux et de celles qui ont souffert pendant de longues années et qui enfin de compte se retrouvent totalement éjectés. C’est cette prise de conscience qui est en train de secouer la Haute Guinée. C’est un juste retour des choses », analyse Bah Oury.

La région de la Haute Guinée est le théâtre de manifestation sociale depuis deux mois. Les jeunes réclament la fourniture de l’électricité de manière permanente. L’ancien ministre de la réconciliation avertit que la contestation sociale ira crescendo tout simplement parce que celle-ci n’est pas pilotée par un groupe corruptible.   

« Ce qui est fondamentale c’est la contestation sociale. Cette contestation actuelle n’est pas le fait d’un syndicat avec un groupe de dirigeants qui peuvent être intimidés ou des fois qu’on peut corrompre ou arrêter. C’est la jeunesse, ce sont des milliers et des milliers de jeunes gens qui prennent conscience que leur avenir est en danger. Donc il faut se battre pour changer la donne. Ce qui se fait en Haute Guinée sur la question de la demande sociale se fera ailleurs », prévient le leader de l’UDRG.

Selon Bah Oury, ce qui se passe en Haute Guinée interpelle et doit questionner la manière de faire la politique en Guinée. « Très souvent le pouvoir a l’habitude de politiser toutes les luttes sociales et les luttes économiques qui se passent dans notre pays. Les gens parlent beaucoup plus d’élections, avec des manœuvres politiciennes par-ci et par-là alors que la vraie question politique c’est répondre à des questions basiques : réduire la pauvreté, donner l’eau, donner le courant, donner le logement, assurer une meilleure sécurité sanitaire, un meilleur système éducatif, c’est à cela que les gens devaient beaucoup plus s’appesantir. Je pense que la prise conscience qui est en train d’émerger va révolutionner notre manière de faire de la politique dans ce pays. Aucun gouvernement s’il ne répond pas à cette demande sociale de manière efficace ne pourra rester. Donc le processus de changement est engagé. Le pouvoir actuel ne pourra que se rendre compte que son temps est fini », laisse entendre l’opposant.

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

 



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire