Brexit : Michel Barnier juge « peu probable » un accord avec le Royaume-Uni à ce stade



Publié le 23 juil. 2020 à 14h08

Dans les négociations sur le Brexit, les deux camps sont au moins d’accord sur un point : l’absence de progrès dans les discussions rend peu probable la conclusion d’un accord commercial à ce stade.

C’est en tout cas ce qu’a déclaré le négociateur européen Michel Barnier à l’issue d’un nouveau cycle de discussions à Londres. Il a notamment souligné que « peu de progrès » ont été effectués sur deux sujets cruciaux : les conditions de concurrence équitable et la pêche. La position du Royaume-Uni sur ces questions rend la conclusion « d’un accord commercial peu probable », a-t-il estimé.

Londres a exclu tout prolongement des négociations entre les deux blocs au-delà du 31 décembre 2020. A défaut d’un accord dans les temps, les échanges entre le Royaume-Uni et l’Union européenne seront soumis aux règles de l’OMC.

« Nombreux points de désaccord »

Un constat d’échec partagé côté britannique. « Il est malheureusement évident que nous ne parviendrons pas en juillet » à trouver les éléments de base d’un accord avec l’UE, a déclaré le principal négociateur britannique, David Frost. Il a lui aussi évoqué la persistance de « nombreux points de désaccord » à l’issue du dernier cycle de discussions.

Le diplomate britannique a admis jeudi qu’il serait manifestement impossible de conclure un accord sur les futures relations entre l’Union européenne et la Grande-Bretagne d’ici la fin du mois de juillet, date butoir qui avait été fixée par Londres. Il a cependant estimé qu’en dépit des difficultés, il serait possible de conclure un tel accord en septembre.

Source AFP



A lire aussi

Laisser un commentaire