Cameroun: Commerce – Comment les arnaques plombent l’activité


Des plaintes se multiplient, accentuant la méfiance des clients au grand désarroi des promoteurs de cette activité en plein essor au Cameroun.

C’est sur Instagram qu’Alexandre O. va se faire duper. Une plateforme propose des articles à des prix défiant toute concurrence. Elle se laisse séduire. Coût des achats : 35.000 F. « Quand j’ai effectué le dépôt de cet argent, ils ont accusé réception et indiqué qu’ils enverraient le colis dans les heures qui suivent.

C’était la dernière fois que ce compte participait à la conversation. Je les ai relancés en vain. Pour tous les messages envoyés à partir de 20h, cela marquait lu mais aucune réponse », décrit-elle. Après plusieurs relances, la cliente finit par comprendre qu’il s’agissait d’une arnaque. Surtout que, même les personnes témoignant avoir reçu leurs paquets étaient des faux comptes. Des expériences ce genre sont devenues légion pour les adeptes du commerce en ligne. Beaucoup passent des commandes, paiement à l’appui, mais ne reçoivent rien.

Conséquence, la confiance à l’égard de ces plateformes s’effondre, pénalisant les plus honnêtes dans le secteur. « J’avoue qu’il y a des clients qui sont très exigeants quant aux procédures d’envoi de leur argent avant réception du colis. Nous essayons de les rassurer au maximum », explique Constance N., propriétaire d’un groupe de vente. La confiance reste dès lors le seul élément sur lequel peut se fonder la relation client-vendeur. « Nous mettons en avant notre notoriété et notre désir de vouloir préserver notre image et notre bonne réputation sur les réseaux sociaux. Pour les anciens clients, cela est plus facile parce qu’une très bonne relation client-entreprise est déjà créée.

Nous essayons juste de ne pas la détruire », indique Letitia Camille Ndougwo, spécialisée dans la pâtisserie et qui commercialise via Internet. Pour les nouveaux clients, la responsable des Délices de Milly rassure autant que possible. « Ils viennent avec la peur; surtout que, chez nous, les paiements se font à l’avance pour confirmer la commande. Cependant, la peur est partagée. Nous aussi craignons de faire pleinement confiance à un client que nous ne connaissons pas, d’accepter le paiement à la livraison pour qu’il devienne ensuite injoignable ou annule sa commande. Or, quand ils paient à l’avance, il y a une certaine obligation de récupérer son paquet », ajoute-t-elle.

Pour Inès N, qui fait dans la promotion des accessoires Made in Cameroon, il est important de toujours se mettre à la place du client. « On se met toujours à la place du client. Raison pour laquelle on s’arrange à leur expliquer tous nos procédés dans les moindres détails. Chaque fois qu’un client semble un peu plus exigeant, nous sommes empathiques et faisons de notre mieux pour le satisfaire », explique-t-elle. En tout cas, comme croit le savoir Laurence Mballa, habituée de ces plateformes, il y aura toujours des expériences malheureuses, mais s’entourer de quelques précautions ne serait pas superflu. « Si c’est sur les réseaux sociaux, il faut prendre la peine de voir les retours. Sont-ils positifs? S’assurer de l’authenticité des profils. Eviter aussi de faire le dépôt en entier car autant vous accordez une confiance à quelqu’un, il doit pouvoir faire pareil », conseille-t-elle.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire