Cameroun: Gouvernement et partenaires – En rangs serrés


Le Premier ministre, chef du gouvernement a prescrit hier le déploiement harmonieux des différents acteurs du Plan présidentiel de reconstruction du Nord-Ouest et du Sud-Ouest pour une mise en œuvre réussie.

L’espoir a fleuri dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. C’était au lendemain de la tournée effectuée par Paul Tasong Njukang, coordonnateur du Plan présidentiel de reconstruction de ces deux régions en proie à une crise. Les populations ont revendiqué l’action urgente et concrète, surtout dans la transparence. C’est probablement l’un des signaux encourageants qui renseigne sur l’état d’avancement des différentes facettes de ce Plan. En effet, comme l’a décidé le président Paul Biya, il comprend trois volets: réhabilitation, reconstruction et développement. Concrètement, il s’agit de réhabiliter et d’aménager les infrastructures de base, œuvrer à la revitalisation économique du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, et œuvrer pour la promotion de la cohésion sociale. Mais le premier défi à relever, a confié Paul Tasong Njukang, est celui de la communication. Il faut notamment toucher les esprits, anéantir les atermoient, et surtout détruire les idées de rébellion.

La fiche technique du Plan de reconstruction indique la réhabilitation de 350 écoles, 115 centres de santé, 40 ponts, 400 points d’eau, 600 km de route rurale, 45 marchés, 12 000 habitations et la reconstitution d’un volume important de documents officiels perdus. La première phase du programme prévu sur deux ans est estimée à 89,6 milliards de F. En présidant la réunion de concertation hier, la deuxième du genre, le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute a indiqué que le président de la République a décidé de la disponibilité de 10% de ce montant. Il est maintenant attendu la concrétisation du soutien promis par les partenaires et amis du Cameroun. En première ligne, le Programme des Nations unies pour le développement. Joseph Dion Ngute a notamment souligné que ce « Plan est au service de la paix dont l’objectif majeur est le redressement et l’amélioration des conditions de vie des citoyens ». Par la suite, les deux autres phases consolideront ce qui a été réalisé et transformeront les deux régions, grâce à la relance des agro-industries, source d’emplois pour les jeunes.

L’autre avancée notable dans la mise en œuvre de ce Plan, c’est la coordination de l’aide humanitaire sur le terrain. L’on se souvient qu’au plan opérationnel, quelques difficultés étaient régulièrement soulevées. Mais le PM a rassuré quant à l’amélioration de ce processus. Par ailleurs, il a clarifié les rôles des uns et des autres pour un meilleur déploiement des acteurs au profit des populations. Paul Atanga Nji, ministre de l’Administration territoriale, coordonnateur du Plan d’assistance humanitaire d’urgence, a notamment rassuré quant aux instructions reçues du PM. Elles vont dans le sens de l’apaisement entre pouvoirs publics et partenaires. En attendant donc que les moyens financiers soient entièrement mobilisés, le gouvernement prépare méthodiquement le terrain, pour un investissement au profit des populations sinistrées.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire