Cameroun: Pipeline Tchad-Cameroun – Déjà 15,7 milliards de F de recettes en 2020


Le Cameroun enregistre une augmentation de plus de 710 millions sur le droit de transit au 31 mai 2020, par rapport à l’année dernière.

Dans un contexte marqué par la propagation du nouveau coronavirus et d’une batterie de mesures pour y faire face, l’activité pétrolifère entre le Cameroun et le Tchad n’a pas connu d’arrêt. Selon le Comité de pilotage et de suivi des pipelines (Cpsp), le fuel a plutôt coulé à flot entre les deux pays. D’importants flux de pétrole qui ont rapporté des subsides dans les caisses de l’Etat. En termes de droit de transit, ce sont 27,48 millions de dollars, soit 15,7 milliards de F qui ont été versés au Trésor public par la Cameroon Oil Transportation Company (Cotco). Une performance en hausse d’1,24 millions dollars (plus de 710 millions de F.) sur la même période en 2019. Le Cameroun récoltait alors 26,24 millions de dollars (15,02 milliards de F).

Selon le Cpsp présidé par Adolphe Moudiki, administrateur directeur général de la Société national des hydrocarbures (Snh), cette hausse s’explique par l’accroissement des quantités de brut enlevées au terminal Komé-Kribi 1. Ceci n’est que la résultante de l’augmentation au Tchad de la production des nouveaux expéditeurs. Au cours de la période indiquée plus haut, ce sont 20,80 millions de barils de pétrole brut qui ont transité par le pipeline Tchad-Cameroun. L’an dernier, à la même période, 19,86 millions de barils avaient été transportés.

La communauté des nouveaux expéditeurs de pétrole brut, à travers cet oléoduc, a enregistré l’arrivée d’un nouveau membre. Il s’agit de la société taiwanaise Overseas Private Invesment Corporation (Opic) qui a débuté ses expéditions de brut le 12 mars dernier avec un débit de 40 m3/heure équivalant à 6 000 barils par jour. Elle rejoint PetroChad Mangara/Glencore et China National Petroleum Company Inc. Chad. Un trio qui actuellement reprsente 72% du volume total de pétrole brut acheminé dans les 1070 km du pipeline. Toutes ces informations sont contenues dans le n°53 du mois de juin 2020 de la lettre du Cpsp.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire