Afrique de l’Ouest: Sahel – Aide de 20 millions de dollars pour la lutte contre la Covid-19


La Banque africaine de développement (BAD), l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), et le G5 Sahel se sont engagés à soutenir les efforts visant à réduire les effets du coronavirus sur les réfugiés et leurs communautés hôtes au Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad.

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l’Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici. Pour les nouvelles quotidiennes d’ONU Info, cliquez ici.

Les trois organisations ont signé jeudi à Genève, Abidjan et Nouakchott un accord tripartite prévoyant une aide cruciale de quelque 20 millions de dollars pour la lutte contre la Covid-19 dans les cinq pays de la région africaine du Sahel.

Financé par le Fonds africain de développement, le projet permettra aux gouvernements du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad – qui composent le cadre régional de coopération et de coordination du G5 Sahel – de renforcer leurs plans d’action nationaux pour prévenir la propagation du Covid-19 et pour limiter son impact social et économique dans cette région où la pandémie provoque une crise qui se superpose à de nombreuses autres. Les mesures envisagées seront mises en œuvre en priorité dans les zones les plus touchées par les conflits et la violence, caractérisées par une forte concentration de personnes déracinées et une présence limitée des institutions gouvernementales.

Le Sahel compte 3,1 millions de réfugiés, de personnes déplacées, de rapatriés et de personnes menacées d’apatridie. La région a jusqu’à présent enregistré 11.000 cas de Covid-19 et 468 décès ont été recensés dans les cinq pays. Si les mesures d’urgence visant à stopper la propagation de la maladie sont progressivement et prudemment levées en raison du succès de son endiguement, il reste essentiel de renforcer la réponse sanitaire pour les communautés les plus vulnérables.

« Pour les personnes qui ont fui la guerre et la violence au Sahel, et pour les pays d’accueil de ces réfugiés, la pandémie de Covid-19 a un impact dévastateur », a expliqué Kelly Clements, Haute-Commissaire adjointe des Nations Unies pour les réfugiés, qui a signé l’accord au nom du HCR. « Cette contribution complète non seulement les efforts mondiaux visant à assurer un soutien financier et politique à la réponse humanitaire dans la région, mais elle témoigne également d’une forte solidarité avec les communautés qui accueillent les personnes contraintes de fuir », a-t-elle ajouté.

Renforcement de l’aide alimentaire et nutritionnelle au Sahel

Le projet de la BAD, du HCR et du G5 Sahel visera également à renforcer les dispositifs en place relatifs à l’alimentation et à la nutrition, dans une région où 5,5 millions de personnes sont menacées par l’insécurité alimentaire selon les estimations des Nations Unies.

« Cette opération renforcera les capacités des pays du G5 Sahel et leur permettra de soutenir le développement et les actions humanitaires dans la région et de compléter les mesures prises dans le cadre de l’Initiative de l’Alliance Sahel, ainsi que de soutenir les plus vulnérables », a déclaré Khaled Sherif, Vice-Président de la BAD chargé du développement et de l’intégration régionale.

« Par ce projet, la Banque contribuera à atténuer les effets socio-économiques négatifs de la crise de Covid-19 dans les pays du G5 Sahel, où les communautés sont déjà très vulnérables et confrontées aux conflits et à l’insécurité », a-t-il assuré.

Concernant le volet santé, le projet des trois organisations soutiendra les campagnes de sensibilisation à la Covid-19, renforcera les infrastructures sanitaires, la surveillance épidémiologique et la gestion des cas. Il permettra également l’acquisition de matériel médical et d’équipements essentiels pour la prévention, le contrôle et le traitement des patients atteints de la Covid-19.

« Le Sahel requiert, plus que jamais, une attention accrue et coordonnée des États de la région et de la communauté internationale pour enrayer la spirale de la violence et créer ainsi un environnement propice à un développement socio-économique inclusif et durable », a, pour sa part, déclaré Mohamed ould Cheikh Ghazouani, l’actuel Président du G5 Sahel.

Un exemple concret de mise en œuvre du Pacte mondial sur les réfugiés

Le projet tripartite s’inscrit dans le cadre du mécanisme de réponse à la Covid-19 mis en place par la BAD, d’un montant maximum de 10 milliards de dollars, qui est le principal canal de l’institution pour aider les pays africains à atténuer les effets de la crise sur l’économie et la santé publique. La participation du HCR à ce projet sera conforme aux principes humanitaires de neutralité, d’impartialité et d’indépendance, a assuré l’agence onusienne.

Ce type de partenariat est encouragé par le Pacte mondial sur les réfugiés, qui constitue le cadre de référence pour un partage des responsabilités plus prévisible et plus équitable. Ce projet conjoint est un exemple de la manière dont le Pacte peut être mis en œuvre et servir de modèle à d’autres entités financières ou de développement pour s’engager à répondre aux énormes besoins créés par les déplacements forcés durant la pandémie, souligne le HCR.



actuniger

A lire aussi

Laisser un commentaire